En Famille, au-delà du folklore, Rimski-Korsakov .La Philar.

 

 © Gil Lefauconnier © Gil Lefauconnier

Par un très beau soleil (enfin !), Philar : affluence record, à l’heure du goûter pour les gamins plutôt nombreux cet après midi. A l’affiche : « Shéhérazade » par l’Orchestre National d’Ile –de France, direction vertigineuse du chef italien  Enrique Mazzola . Le violon supersoliste  est Alexis Cardenas a un rôle important  

 

Shéhérazade magnifique jeune femme fraîche, comme rafraîchie par un tableau naïf de la vie populaire russe fixé  sur un vaste écran Il raconte  (via un couple de récitants) à chaque crépuscule, une interminable histoire ne se terminant jamais afin  de revenir voir le méchant Sultan et de le dissuader in fine d’étouffer la lady, symbole de la trahison de toute femme.

 

Quatre parties constituent ce poème musical. 0euvre célèbre d’un compositeur qui fit une partie de son apprentissage parmi « Le Groupe des Cinq » dont le plus exemplaire  artisan fut et demeure Modeste Moussorgski, le génial compositeur de « Boris Godounov » .  

 

Pour la « petite histoire »  notons que Rimski  fut l’un des principaux enseignants du   jeune Igor Stravinsky, avant qu’il ne s’installe en Occident.

 

Ces 4 continents sont traversés par un élan constant sans être pour autant du folklore plaqué.

Eric Garault © Gil Lefauconnier Eric Garault © Gil Lefauconnier

 

 

Le poème musical comprend quatre parties : nous découvrons  le gentil Prince Kalendre, le célèbre marin Sinbad issu des « Mille et une nuits ». Prince et Princesse que font-ils sinon  converger ! Egalement une fête à Bagdad et  le naufrage, de Sinbad et de son bateau.

 

Ce récit  illustré constamment par les peintures,  véritable livre d’images, dans undéroulement  sonore,  prolixité orchestrale : la marque de Rimski-Korsakov.  Témoignant chez le compositeur d’ un solide métier d’orchestrateur en particulier lors de nombreuse œuvres ultérieures,  notamment opératiques.

 

Pour beaucoup d’auditeurs une  authentique  découverte et la connaissance d’un répertoire nouveau.

 

 

 

Claude Glayman

 

 

 

- Rimski-Korsakov, Shéhérazade, Orchestre national d’Ile de France, dm Enrique Mazzola, Grande Salle Pierre Boulez-Philarmonie. 21 mai 2017.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.