Les Srauss, les Valses de Vienne le brillant récit d’Alain Duault.

Au début le Danube et au-dessus; la taverne du « bon berger ». Disparaît volontairement  l’ancêtre des Johann,

johann-strau
et c’est Johann 1 le descendant qui démarre l’aventure.  A l’aide d’un petit violon qui  lors des  repos bat la mesure des concerts d’amateurs.. Sur la terre germanique, ô combien musicale ! ne voilà-t-il pas  quelle donne naissance à ce que, seront les « valses de Vienne  à trois temps ». bientôt dansées à travers le monde entier !

 Gelder le nouvel élu  de la veuve ressent la nouveauté de ce que joue son beau fils., « virtuose instinctif ». Les bateaux qui glissent sur le Danube seront davantage tentés de s’arrêter, de consommer d’autant que s’ouvre à Vienne « Le Congrès dit de Vienne, chargé  de solder, avec les Européens les folles années de Napoléon ;‘Automne14/ été 15 . Passons sur les  Lanner,  les changements de femmes , et d’enfants) parmi les protagonistes ;D’autant qu’un Lanner est à la direction et que les brouilles se multiplient autant que les tournées à succès :  Berlin, Vienne , L’Angleterre et la Reine Victoria : Valses, Polkas …  « on est gemütlich », « on est- à l’aise avec  les Valses de Vienneise ! »J jusqu’à aujour’hui, cf. le « concert du Nouvel An ».

 

Valses de Vienne et Modernité

 

Alain Duault est dans son univers  et il a mille fois raison, et le talent d’évoquer les données sensuelles, voire sexuelles  de ces valses  produisant un effet dans le corps entier des valseurs. Et de là à évoquer dans un futur proche , la figure et les théories de Sigmund Freud. Derrière « Le Beau Danube Bleu ». .Prolongements qu’on aurait tort de sous-estimer.  Les apparitions de nouvelles musiques, de nouveaux sons accompagnent de tels phénomènes. Pensons au Jazz à la fin de la guerre de 14/18 et qui de nos jours est partout On change de danse  et c’est le monde qui change !  Que penser de l’impact public de la disparition de Johnny que l’on soit ou non un fan ? . Pour nous Vienne ce fut  d’abordl’ »Ecole de Venne »  l’intervention de Pierre Boulez et les prises de bec qui suivirent dans les années  fin1940, 50.

strauss2
Et quand on lit l’accueil de l’ex petit Johann Strauss aux USA,, voir chez le Tsar on pense

 évidemment que la musique est « sans frontières ». Avec Johannès Brahms, ami proche ,  quoique tardif ; ils eurent de  quoi évoquer bien  que rien net ressort de cette amitié lorsqu’on lit la récente parution  de la Correspondance du grand barbu..Mais si le Grand Johann l’assure …

 

Claude » Glayman// « Johann Strauss, le père, le fils et l’esprit de la valse » .Actes Sud Classica 16.163 p. 16,80E.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.