JUSTE UNE IMAGE DE BALI (43) : UNE UNIQUE OCCASION

Oui. Si je poursuis la présentation d’un choix d’images prises lors de la grande cérémonie du ngaben collectif qui s’est déroulée le 31 juillet, c’est parce que je prends de plus en plus conscience de leur importance historique.

Il me semble qu’en déroulant ainsi le film de cette journée, nous devrions obtenir un ensemble cohérent, instructif, imagé.


La tante de Boy tenant le portrait de la grand-mère de celui-ci. © Claude Hudelot La tante de Boy tenant le portrait de la grand-mère de celui-ci. © Claude Hudelot

Or j’ai eu la chance, grâce à l’extrême amabilité de tous les villageois de Sekar Gunung et d’abord du kepala desa – chef du village – et des pemangku dont vous verrez certains portraits bientôt de pouvoir pénétrer où bon me semblait, d’assister à chaque phase, de prendre les images que je voulais. C’est un privilège rare.

La réponse à cette ouverture d’esprit est simple : disons que je fais partie du paysage. Et suis le seul étranger à avoir élu domicile ici, à quelques encablures de ce village, à respecter leurs traditions, à venir volontiers assister à leurs cérémonies. Chez mes voisins musulmans aussi – j’ai d’ailleurs été l’invité d’honneur du mariage de la fille de Dayat mon voisin – mais leurs cultes se déroulent en un circuit beaucoup plus fermé.

Il me semble enfin, pour revenir à ce ngaben et à la plupart des événements petits ou grands auxquels je vous convie, que la plupart des images se suffisent à elle-mêmes. C’est le sens du titre générique de cette expérience : JUSTE UNE IMAGE DE BALI.

Celle que je vous présente ce jour est dans le droit fil du portrait de mon ami Boy.

La photo que tient dans ses mains la tante de Boy, Ni Made Tamba représente sa grand-mère, Ni Luh Dana.La ressemblance est frappante. Ni Made Tamba est accompagnée d’une amie, Kadek.

Tous deux sont assises au bord d’un « balé », pavillon où se tiennent certains pemangku et l’orchestre de gamelan du village. Nous sommes à moins de cinq mètres des quatre feux géants. La vieille dame tient le portrait face à ceux-ci et à l’est. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.