La tragédie russe des jardins où brûlent les provisions de l'hiver

Il y a les morts, probablement déjà plusieurs centaines contrairement aux informations officielles d’un ministère des Situations d’urgence qui ne fera jamais le compte des victimes, il y a des centaines de milliers d’hectares en feu ou brûlés, il y a plusieurs centaines d’ouvriers forestiers chinois engloutis parce qu’encerclés dans les flammes de la Sibérie non loin de l’Amour, il y a des dizaines de milliers de maisons réduites en cendres, il y a la fumée qui, comme dans les années 70 et dans les années 80, envahit lentement le métro de Moscou et d’autres grandes villes... Mais il y a surtout la catastrophe alimentaire qui s’annonce.

Il y a les morts, probablement déjà plusieurs centaines contrairement aux informations officielles d’un ministère des Situations d’urgence qui ne fera jamais le compte des victimes, il y a des centaines de milliers d’hectares en feu ou brûlés, il y a plusieurs centaines d’ouvriers forestiers chinois engloutis parce qu’encerclés dans les flammes de la Sibérie non loin de l’Amour, il y a des dizaines de milliers de maisons réduites en cendres, il y a la fumée qui, comme dans les années 70 et dans les années 80, envahit lentement le métro de Moscou et d’autres grandes villes... Mais il y a surtout la catastrophe alimentaire qui s’annonce.

Non pas celle du blé ou autres céréales à cause de la canicule, non pas celles de l’alimentation des Nouveaux Riches de la capitale, mais celle générées par la disparition de dizaines (centaines ?) de milliers de jardins ravagés par le feu. Ces jardins qui, autour de la capitale, dans les campagnes de l’Occident russe comme en Sibérie, permettent à des millions de Russes, notamment les retraités, les paysans, les chômeurs et les fonctionnaires à peine payés, de ne pas mourir de faim pendant l’hiver.

La Russie est couverte de ces jardins de subsistance et de nécessité. Les «sadov», qui sous le régime soviétique constituaient un moyen d’améliorer la vie ordinaire pour les plus chanceux, ceux auxquels l’entreprise ou l’administration attribuaient un petit lopin de terre, font désormais partie de la survie d’une partie majoritaire de la population.

Un seul exemple : 80 % de la consommation des pommes de terre de l’espace rural russe et des périphéries des villes, sont fournies par ces espaces qui permettent aux Russes de ne pas succomber au désespoir et à la malnutrition. Sont parties en fumée, avec leurs cabanes de bric et de broc, des centaines de milliers d’hectares de framboisiers, de patates, des choux, de tomates et de concombres (malossol, une fois dans la saumure). Et tous ces fruits et légumes qui se consomment l’été mais dont on peut faire des provisions pour mieux passer l’hiver. Avec les baies sauvages et les champignons que la canicule et les incendies auront détruit ou empêché de pousser.

De partout, y compris d’amis scientifiques survivant avec leurs jardins dans ce qui reste d’Akademgorodok, la cité des scientifiques installée en Sibérie, me parviennent des appels désespérés m’informant de cette situation catastrophique qui pèsera sur le prochain hiver. Un ami d’Irkoutsk m’expliquait hier que toute sa provision de poissons séchés pour l’hiver (des omouls pêchés illégalement dans le Baïkal) venait d’y passer avec son champ de tomates.

La mauvaise saison sera longue, qu’elle soit rude ou non. Il y aura la situation alimentaire du pays, l’impossibilité de nourrir les animaux dans un pays qui ne sait plus cultiver et où les friches s’accroissent chaque année, mais il y aura aussi la famine ordinaire de ceux qui n’ont que quelques centaines de mètres carrés pour faire face à la crise et à la pauvreté qui dure depuis bientôt 20 ans, tandis que la classe urbaine des « de plus en plus riche » oublie le peuple qui s’appauvrit.

Au point que, malnutrition, santé publique en ruine et vodkas conjuguées, la Russie est la seule nation industrialisée du monde dont la population diminue régulièrement. Au point que les scénarios pessimistes des Nations Unies annoncent 120 à 130 millions de Russes pour les années 50 alors qu’ils étaient 149 millions en 1991. Déjà à peine 140 millions. Un pays qui vend ses richesses brutes sans en faire profiter la population et sans équiper le pays et où les naissances ne compensent plus les décès depuis des années.

Pour comprendre aussi la violence des incendies qui dévore une bonne part de ce pays de 17 millions de kilomètres carrés dans lequel la circulation des denrées est au point mort depuis des années, il faut mesurer la vétusté des équipements de la lutte contre les incendies avec des camions dont les plus récents datent de l’époque soviétique, conduits par des pompiers mal payés ou ne touchant qu’occasionnellement leurs salaires. Des pompiers qui, comme les soldats aussi peu équipés et aussi peu motivés, ne peuvent rien contre la façon dont se propagent les incendies dans les forêts russes : le feu prend dans la tourbe sèche, se propage rapidement sous terre et ressort brusquement jusqu’à plusieurs kilomètres plus loin, embrasant d’autres arbres, encerclant les hommes et les villages.

Certains feux de tourbe passent même sous le lit des cours d’eau, sous les villes ou sous les villages en surgissant entre les maisons, dans les jardins et même sous une école prés de Voronej et sous une usine dans les environs d’Irkoutsk. Quand les deux de forêts et de steppes se seront apaisés d’eux-mêmes et non pas grâce aux secours impuissants, restera une forme particulière de famine que l’on pourrait croire réservée aux pays du sud.

En réduisant en cendres leurs jardins, les incendies de la Russie condamnent les plus pauvres des habitants de ce pays à un terrible hiver que leur Etat corrompu n’aura ni l’envie ni les moyens d’adoucir, quelles que soient les imprécations du Tsar Poutine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.