DSK, une indécence médiatique et politique relayée par Daniel Mermet

Bref, très bref commentaire d’une surprenante actualité : Jamais, au grand jamais, je n’aurais voté ou ne voterai au second tour pour DSK à l’élection présidentielle.

Bref, très bref commentaire d’une surprenante actualité : Jamais, au grand jamais, je n’aurais voté ou ne voterai au second tour pour DSK à l’élection présidentielle. Dans cette hypothèse de sa présence au second tour, pour la première fois de mon existence, j’avais depuis des mois décidé de m’abstenir... Mais ces "chiens", de droite et de gauche, qui se manifestent depuis dimanche matin en répétant que la présomption d’innocence existe tout en le condamnant, sans que nul ne sache s’il est coupable ou non de ce qu’il est accusé, m’écoeurent profondément. Nous ne savons rien , rigoureusement rien de ce qui peut être une manipulation ou une affabulation... C'est sans doute ce que l'on appelle l'américanisation de la politique...

 

Il est trés regrettable que dans son émission de France Inter de lundi, l'émission de Daniel Mermet ait cru devoir relayer les propos haineux ou stupides des auditeurs ne tenant compte ni de la présomption d'innocence ni de la victime supposée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.