Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2010

L'été des écologistes: une candidature un peu trop... Joly

Derrière les embrassades des responsables de l’écologie politique française, se dissimulent au moins deux inquiétudes que les militants présents à Nantes, surtout ceux, encore majoritaires, venus des Verts, cachent de moins en moins: Corinne Lepage et Eva Joly.

Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Derrière les embrassades des responsables de l’écologie politique française, se dissimulent au moins deux inquiétudes que les militants présents à Nantes, surtout ceux, encore majoritaires, venus des Verts, cachent de moins en moins: Corinne Lepage et Eva Joly.

D’abord, la présence de Corinne Lepage qui revendique une place dans la recomposition « verte », hérisse beaucoup de gens : ceux qui se souviennent qu’elle fut ministre d’Alain Juppé et que son mini parti a longtemps fait partie du Modem de François Bayrou qui n’est pas vraiment apprécié à Nantes. Nombreux sont les militants qui ne souhaitent pas que le périmètre de leur mouvement, même si Daniel Cohn-Bendit dont les actions sont en baisse se bat encore pour cela, s’élargisse au centrisme. Mais il y a plus grave : la candidature autoproclamée d’Eva Joly. Candidature qui hérisse également la base. Non pas que l’ancienne magistrate ne soit pas populaire. Mais les écologistes présents à Nantes, en dehors des leaders, lui trouvent au moins deux défauts qui s’ajoutent au fait qu’il y a quelques années elle a conseillé un président malgache dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’était pas un parfait démocrate.

D’abord la culture d’Eva Joly sur les questions sociales et environnementales, sa connaissance des questions de la protection de la nature et de l’aménagement du territoire, ses idées sur un changement de société passant du productivisme actuel à un autre type d’économie, ne paraissent pas à la hauteur de sa maîtrise des questions de transparence, de paradis fiscaux, de corruption et de finances internationales. De plus, expliquent de nombreux militants, il est paradoxal que les écologistes se dotent déjà d’une candidate à la candidature alors que la « fusion » (mot rejeté par beaucoup de Verts) avec Europe Ecologie n’est envisageable que pour le mois de novembre et qu’il n’existe encore aucun programme pour une candidature écolo à la présidentielle de 2012.

Beaucoup expliquent qu’il s’agit là d’un procédé qui ressemble étrangement à ceux que pratiquent les partis classiques : la femme ou l’homme avant les idées et un programme dont les premiers éléments ont été débattus à Nantes. Situation qui n’est pas vraiment surprenante si on examine l’origine de cette candidature : elle parait bien avoir été mise au point par l’Institut de sondage OpinionWay dont le Vice président exécutif est Denis Pingaud. Dans le journal Libération daté du mercredi 18 août, celui qui a déjà contribué notamment à « inventer » Olivier Besancenot et à organiser la candidature de José Bové, a lancé sa nouvelle candidate qui sera ou serait peu à peu imposée comme une « évidence » par une campagne de communication qui ne fait que commencer et qui a été préparée au début de l’été sur l’île de Groix où Eva Joly et Denis Pingaud ont une résidence secondaire.

D’ailleurs, Denis Pingaud est présent à Nantes où il a présenté jeudi les résultats d’un sondage qui conforte ses raisons avancées de pousser la candidature de l’ancienne magistrate. Ce qui signifie qu’Eva Joly n’est pas ou ne serait pas poussée en avant par un nouveau parti en voie de formation mais par une agence de relations publiques. Une société créée il y a dix ans et dont le chiffre d’affaires annuel approche des 10 millions d’euros, chiffre d’affaires correspondant à des études de marché concernant aussi bien des organisations de gauche que des partis ou des entreprises classées à droite. Ces activités n’ont évidemment rien d’illégal ou de scandaleux mais il peut paraître pour le moins surprenant qu’une candidature des écologistes soit lancée comme une savonnette...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871