Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2010

L'été des écologistes: une candidature un peu trop... Joly

Derrière les embrassades des responsables de l’écologie politique française, se dissimulent au moins deux inquiétudes que les militants présents à Nantes, surtout ceux, encore majoritaires, venus des Verts, cachent de moins en moins: Corinne Lepage et Eva Joly.

Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Derrière les embrassades des responsables de l’écologie politique française, se dissimulent au moins deux inquiétudes que les militants présents à Nantes, surtout ceux, encore majoritaires, venus des Verts, cachent de moins en moins: Corinne Lepage et Eva Joly.

D’abord, la présence de Corinne Lepage qui revendique une place dans la recomposition « verte », hérisse beaucoup de gens : ceux qui se souviennent qu’elle fut ministre d’Alain Juppé et que son mini parti a longtemps fait partie du Modem de François Bayrou qui n’est pas vraiment apprécié à Nantes. Nombreux sont les militants qui ne souhaitent pas que le périmètre de leur mouvement, même si Daniel Cohn-Bendit dont les actions sont en baisse se bat encore pour cela, s’élargisse au centrisme. Mais il y a plus grave : la candidature autoproclamée d’Eva Joly. Candidature qui hérisse également la base. Non pas que l’ancienne magistrate ne soit pas populaire. Mais les écologistes présents à Nantes, en dehors des leaders, lui trouvent au moins deux défauts qui s’ajoutent au fait qu’il y a quelques années elle a conseillé un président malgache dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’était pas un parfait démocrate.

D’abord la culture d’Eva Joly sur les questions sociales et environnementales, sa connaissance des questions de la protection de la nature et de l’aménagement du territoire, ses idées sur un changement de société passant du productivisme actuel à un autre type d’économie, ne paraissent pas à la hauteur de sa maîtrise des questions de transparence, de paradis fiscaux, de corruption et de finances internationales. De plus, expliquent de nombreux militants, il est paradoxal que les écologistes se dotent déjà d’une candidate à la candidature alors que la « fusion » (mot rejeté par beaucoup de Verts) avec Europe Ecologie n’est envisageable que pour le mois de novembre et qu’il n’existe encore aucun programme pour une candidature écolo à la présidentielle de 2012.

Beaucoup expliquent qu’il s’agit là d’un procédé qui ressemble étrangement à ceux que pratiquent les partis classiques : la femme ou l’homme avant les idées et un programme dont les premiers éléments ont été débattus à Nantes. Situation qui n’est pas vraiment surprenante si on examine l’origine de cette candidature : elle parait bien avoir été mise au point par l’Institut de sondage OpinionWay dont le Vice président exécutif est Denis Pingaud. Dans le journal Libération daté du mercredi 18 août, celui qui a déjà contribué notamment à « inventer » Olivier Besancenot et à organiser la candidature de José Bové, a lancé sa nouvelle candidate qui sera ou serait peu à peu imposée comme une « évidence » par une campagne de communication qui ne fait que commencer et qui a été préparée au début de l’été sur l’île de Groix où Eva Joly et Denis Pingaud ont une résidence secondaire.

D’ailleurs, Denis Pingaud est présent à Nantes où il a présenté jeudi les résultats d’un sondage qui conforte ses raisons avancées de pousser la candidature de l’ancienne magistrate. Ce qui signifie qu’Eva Joly n’est pas ou ne serait pas poussée en avant par un nouveau parti en voie de formation mais par une agence de relations publiques. Une société créée il y a dix ans et dont le chiffre d’affaires annuel approche des 10 millions d’euros, chiffre d’affaires correspondant à des études de marché concernant aussi bien des organisations de gauche que des partis ou des entreprises classées à droite. Ces activités n’ont évidemment rien d’illégal ou de scandaleux mais il peut paraître pour le moins surprenant qu’une candidature des écologistes soit lancée comme une savonnette...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement