Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2010

Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

Les anti-éoliennes repartent à l'assaut avec une campagne d'information mensongère

Claude-Marie Vadrot
JOURNALISTE PROFESSIONNEL
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques mois, Mediapart s’en était fait l’écho, les groupes de pression anti-éolien avaient mis en ligne et envoyé à de nombreuses associations et à des parlementaires une image de synthèse du Mont Saint Michel hérissé de grandes éoliennes. Cette (fausse) « image » avait pour objectif d’empêcher l’implantation d’un champ d’aérogénérateurs qui, évidemment, ne devaient pas être le moins du monde proche de ce site naturel et monument classé. Il s’agissait à la fois de faire peur à la population et de provoquer une manifestation qui devait rassembler des « milliers » d’opposants et n’en regroupa qu’une centaine. Tous représentants des associations qui se lamentent sur leurs paysages et la dévaluation supposée de leurs châteaux, demeures historiques et autres résidences secondaires. Sans de préoccuper le moins du monde des « atteintes » aux paysages que constituent l’urbanisme commercial qui envahit la France avec l’approbation des élus, des pylônes à haute tension ou des centrales nucléaires. Pour ce dernières, l’oubli est compréhensible puisque ces gens ont toute la sympathie (sinon plus...) des pro-nucléaires et de leurs associations qui leur font régulièrement écho. Dans des colloques officiels (Sénat) et des réunions comme celles qui se sont déroulées récemment dans le Loiret...tout prés de la centrale de Belleville.

La Fédération Environnement Durable qui réunit ces nostalgiques d’une France-décor qui n’existe plus et a tout l’appui du parlementaire Patrick Ollier, grand sympathisant lui aussi de l’énergie nucléaire puisqu’il s’oppose régulièrement depuis 2005 au développement de l’énergie éolienne, vient de récidiver en montant une campagne de « haute pression » destinée à impressionner tous les élus. Y compris ceux qui viennent d’être battus par Europe-Ecologie, le parti socialiste et le Front de Gauche.

Des journalistes, à la suite d’une erreur de manipulation ou plus sûrement, d’après nos informations, grâce à une « taupe » qui n’apprécie pas l’acharnement de ces soi-disant adeptes du « développement durable » soucieux de préserver leurs intérêts, leurs paysages et l’industrie nucléaire, viennent de recevoir les treize pages d’un argumentaire mensonger et des courriels et courriers préparés à l’avance, argumentaire, modèles et fausses informations que leurs adhérents et sympathisants sont priés de faire parvenir à tous les élus. A la veille des débats parlementaires sur la loi Grenelle 2 qui commence dans quelques jours, texte qui comporte un volet éolien qui a déjà été sérieusement mis à mal par Patrick Ollier. Au point qu’un parlementaire socialiste, Philippe Plisson, a démissionnée du poste de vice-président de la mission parlementaire consacré à ce sujet en déclarant il y a quelques semaines : « Patrick Ollier ne nous a pas caché que s’il ne tenait qu’à lui les éoliennes seraient purement et simplement interdites sur le territoire français ». En cela il reflète la pensée d’une partie de l’UMP qui a choisit ce thème pour s’opposer à Jean-Louis Borloo et à Chantal Jouano.

Parmi les perles relevées dans la prose transmise il y a quelques jours...

- Ecrivez quinze à vingt lignes comme vous le sentez et avec votre coeur pour demander de na pas voter cette loi inadmissible.

- Après avoir adressé votre mail à un député vous pouvez ensuite si vous le souhaitez envoyer une copie séparée à eolien.non@

- Vous pouvez aussi dire que s’ils soutiennent cette loi ils votent pour l’affairisme et la spoliation des biens des particuliers.

- Ou qu’ils assassinent tous les paysages de France

- Les éoliennes envahissent notre pays.

- Nous sommes écoeurés, notre vie a été brisée et nos familles se déchirent.

- Nous sommes victimes de ces machines géantes qui pourrissent notre vie.

- Les gens sont malades, ils ont peur de ces machines.

- Les spéculateurs harcèlent les communes.

- Les valeurs de la république sont atteintes : égalité des citoyens, c’est injuste.

- Ils ne veulent pas être « Zonés » (c’est de sinistre mémoire)

- Leurs biens sont atteints.

- Tout est opaque.

- La campagne est ravagée, etc.

- Ce sont des affaires d’argent et non d’écologie.

- Doit on laisser mettre des éoliennes industrielles par principe ? Parce que c’est la mode ? Parce qu’on se fiche de tout ? Tout le monde peut voir qu’elles dévaluent des régions entières, avec la perte de valeur de l’immobilier et la création de nuisances pour les riverains et l’environnement ?

- Les insultes ou attaques personnelles, les mots comme « corruption » sont à bannir et il vaut mieux ne pas mentionner les noms des promoteurs et ou les marques des entreprises (Cela ne servira à rien et en plus le « filtre » Cerbère de l’assemblée peut sans doute bloquer les mails)

Tous ces arguments et bien d’autres aussi faux feront bien rire les habitants de la Navarre qui vivent grâce à leurs éoliennes qui évitent, chaque hiver, d’avoir recours à des centrales au fuel ou au charbon puisqu’à cette saison les aérogénérateurs leurs fournissent entre 30 et 40 % de l’électricité qu’ils consomment. Sans être malades et sans que leurs « biens », la préoccupation dominante des anti-éoliens qui se recrutent dans ce que la France a de plus rance et de plus passéiste, soient dévalués. Alors que l’apport des éoliennes et du solaire (auquel ces gens s’opposent également) est nécessaire à la diversification de l’approvisionnement énergétique de la France. Comme aux Pays Bas, comme au Danemark, comme en Italie et comme en Allemagne....

En fichier joint: le montage sur le Mont Saint Michel diffusé par les anti-éoliens il y a quelques mois

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier