Claude Ribbe
écrivain, philosophe, historien, cinéaste
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2014

Et si Exhibit B était finalement autre chose qu’une œuvre d’art ?

Les défenseurs d’Exhibit B considèrent tous que cette « performance » serait une œuvre d’art.On a pris l’habitude d’admettre, surtout depuis Marcel Duchamp, que n’importe quel objet peut être promu à la dignité d’œuvre d'art par le choix de l'artiste, à condition qu’il soit validé par notre perception.

Claude Ribbe
écrivain, philosophe, historien, cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les défenseurs d’Exhibit B considèrent tous que cette « performance » serait une œuvre d’art.

On a pris l’habitude d’admettre, surtout depuis Marcel Duchamp, que n’importe quel objet peut être promu à la dignité d’œuvre d'art par le choix de l'artiste, à condition qu’il soit validé par notre perception.

Exhibit B repose principalement sur la volonté de mettre en scène des corps d’Africains ou d’Afro-descendants dans des situations dont il est difficile de contester qu’elles sont humiliantes, et sur le regard de spectateurs  qui reconnaissent implicitement, en pénétrant dans le théâtre, cette mise en scène comme une œuvre.

L’argument majeur qui est opposé aux contestataires est leur refus de voir la « performance » avant de la rejeter. Mais voir la « performance », c’est reconnaitre Exhibit B comme une œuvre d’art et donc ce refus de voir, c’est peut-être tout simplement le refus d’accorder à Exhibit B le statut d’œuvre d’art.

Ainsi, pour les opposants, demander l’annulation ne serait pas perçu comme un acte attentatoire à la liberté de l’artiste, puisqu’ils dénient à Exhibit B la qualité même d’œuvre d’art.

Ce qui est offert au regard dans ces tableaux contraint le spectateur à décrypter les objets vivants exposés comme étant des corps «noirs» suppliciés ou en tout cas dénigrés. Et dès lors, cette obligation de décryptage a un sens particulier pour celui qui sait bien qu’il se reconnaîtrait s’il acceptait de (se) regarder dans ce qui n’est pour lui qu’un miroir.

On est forcé d’en conclure que le regard dont Exhibit B a besoin pour accéder au statut d’œuvre d‘art n’est, par définition, pas universel. Pour les uns, ce sont des « corps noirs » que le martyre exalte à l’état d’œuvre d’art, pour les autres, qui refusent de se prêter au jeu, la reconstitution d’un zoo humain dans lequel - ils ne le savent que trop- Brett Bailey les oblige à se reconnaître comme victimes.

Une œuvre peut-elle exister sans avoir une portée universelle ?  L’art est-il possible en mettant a priori hors jeu une partie, fût-elle minime, de l’humanité ?

Qu’ils en soient conscients ou pas, les intellectuels  qui se sont efforcés de porter un jugement sur Exhibit B lui ont reconnu sans discussion le statut prestigieux d’œuvre d’art, parce qu’ils en avaient déjà, par leur regard complaisant de spectateur, endossé la racialisation, qu’ils se trouvaient incapables  d’échapper à la dichotomie blanc/noir qu’elle imposait et, partant, à tous les pièges que cette lecture simpliste de l’humanité peut induire.

C’est cette racialisation imposée qui pose problème dans cette « performance », cette impossibilité, pour une partie de la population, d’accepter ce que d’aucuns considèrent comme une œuvre là où eux ne voient qu’un outrage, une provocation non seulement  insupportable dans le principe, mais surtout impossible à regarder.

Peut-être faudrait-il  cesser, au nom de l’ « art » et de la liberté d’expression de l’artiste, de refuser aux opposants à ce spectacle le droit d’en demander l’annulation. Ce déni ne serait légitime que si Exhibit B, comme toute œuvre d’art, se plaçait d’un point de vue universel, donc incontestable. Et tel n’est, à ce qu’il me semble, malheureusement pas le cas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement