Claude Ribbe
écrivain, philosophe, historien, cinéaste
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2014

Et si Exhibit B était finalement autre chose qu’une œuvre d’art ?

Les défenseurs d’Exhibit B considèrent tous que cette « performance » serait une œuvre d’art.On a pris l’habitude d’admettre, surtout depuis Marcel Duchamp, que n’importe quel objet peut être promu à la dignité d’œuvre d'art par le choix de l'artiste, à condition qu’il soit validé par notre perception.

Claude Ribbe
écrivain, philosophe, historien, cinéaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les défenseurs d’Exhibit B considèrent tous que cette « performance » serait une œuvre d’art.

On a pris l’habitude d’admettre, surtout depuis Marcel Duchamp, que n’importe quel objet peut être promu à la dignité d’œuvre d'art par le choix de l'artiste, à condition qu’il soit validé par notre perception.

Exhibit B repose principalement sur la volonté de mettre en scène des corps d’Africains ou d’Afro-descendants dans des situations dont il est difficile de contester qu’elles sont humiliantes, et sur le regard de spectateurs  qui reconnaissent implicitement, en pénétrant dans le théâtre, cette mise en scène comme une œuvre.

L’argument majeur qui est opposé aux contestataires est leur refus de voir la « performance » avant de la rejeter. Mais voir la « performance », c’est reconnaitre Exhibit B comme une œuvre d’art et donc ce refus de voir, c’est peut-être tout simplement le refus d’accorder à Exhibit B le statut d’œuvre d’art.

Ainsi, pour les opposants, demander l’annulation ne serait pas perçu comme un acte attentatoire à la liberté de l’artiste, puisqu’ils dénient à Exhibit B la qualité même d’œuvre d’art.

Ce qui est offert au regard dans ces tableaux contraint le spectateur à décrypter les objets vivants exposés comme étant des corps «noirs» suppliciés ou en tout cas dénigrés. Et dès lors, cette obligation de décryptage a un sens particulier pour celui qui sait bien qu’il se reconnaîtrait s’il acceptait de (se) regarder dans ce qui n’est pour lui qu’un miroir.

On est forcé d’en conclure que le regard dont Exhibit B a besoin pour accéder au statut d’œuvre d‘art n’est, par définition, pas universel. Pour les uns, ce sont des « corps noirs » que le martyre exalte à l’état d’œuvre d’art, pour les autres, qui refusent de se prêter au jeu, la reconstitution d’un zoo humain dans lequel - ils ne le savent que trop- Brett Bailey les oblige à se reconnaître comme victimes.

Une œuvre peut-elle exister sans avoir une portée universelle ?  L’art est-il possible en mettant a priori hors jeu une partie, fût-elle minime, de l’humanité ?

Qu’ils en soient conscients ou pas, les intellectuels  qui se sont efforcés de porter un jugement sur Exhibit B lui ont reconnu sans discussion le statut prestigieux d’œuvre d’art, parce qu’ils en avaient déjà, par leur regard complaisant de spectateur, endossé la racialisation, qu’ils se trouvaient incapables  d’échapper à la dichotomie blanc/noir qu’elle imposait et, partant, à tous les pièges que cette lecture simpliste de l’humanité peut induire.

C’est cette racialisation imposée qui pose problème dans cette « performance », cette impossibilité, pour une partie de la population, d’accepter ce que d’aucuns considèrent comme une œuvre là où eux ne voient qu’un outrage, une provocation non seulement  insupportable dans le principe, mais surtout impossible à regarder.

Peut-être faudrait-il  cesser, au nom de l’ « art » et de la liberté d’expression de l’artiste, de refuser aux opposants à ce spectacle le droit d’en demander l’annulation. Ce déni ne serait légitime que si Exhibit B, comme toute œuvre d’art, se plaçait d’un point de vue universel, donc incontestable. Et tel n’est, à ce qu’il me semble, malheureusement pas le cas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat