L'adieu à Médiapart

Je ne comprends pas la naïveté de la plupart des critiques à l'égard d'Edwy Plenel, et de Médiapart que j'ai décidé pour ma part d'abandonner, sans regret.

Le meilleur de Mediapart :

- sa critique radicale du système sarkozyste en politique intérieure.

- des personnalités comme Fabrice Arfi, Carine Fouteau, etc. (que les autres m'excusent de ne pas les nommer).

- l'idée originale d'offrir aux lecteurs la liberté de bloguer devant un public (celui des lecteurs de Médiapart). Ces blogs sont une source d'informations précieuses et il faut  bien souvent admirer la qualité du travail de recherche effectué par leurs auteurs. Le corollaire : ces blogs flattent de façon évidente nos narcissismes individuels.

Le pire de Médiapart :

- Depuis le début, et en raison même de la trajectoire personnelle des fondateurs de Médiapart (François Bonnet, Edwy Plenel), Médiapart s'affirme comme le héraut d'une politique étrangère alignée sur celle de l'OTAN, auto-centrée sur un Occident porteur de toutes les vérités et de tous les droits.

- Dans ces conditions il y a une cohérence dans le soutien de Médiapart à François Hollande, et aux positions atlantistes des uns ou des autres de façon plus générale. Ah, quel dommage que DSK (empêché) ou Juppé (marginalisé) n'aient pu être en piste! Jean-Luc Mélenchon n'a pas sa place dans cet orchestre consensuel, car visiblement la musique "militaire" n'est pas son fort.

En conclusion:

- Pourquoi pas après tout? it's a free country.

Mais je ne peux accepter ici la mauvaise foi, les insultes, les censures, et même parfois les menaces à peine voilées contre ceux qui s'opposent à cette politique atlantiste, que j'estime être l'héritière directe des impérialismes coloniaux. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.