Que la révolution est belle !

Réaction à l’article : « Printemps arabe : quand le corps féminin fait la révolution »

http://www.mediapart.fr/journal/international/130612/printemps-arabe-quand-le-corps-feminin-fait-la-revolution?onglet=commentaires

Tout est merveilleux dans le meilleur des mondes, donc.

Sauf que 75% des petites filles égyptiennes sont excisées, et que ni les auteurs de l'article ni les commentatrices ni les commentateurs ne parlent ici de cette pratique de mutilation généralisée, opérée soit au couteau à la maison, soit au bistouri en milieu hospitalier. Les cas rarissimes de poursuites judiciaires contre cette pratique illégale en principe en Egypte, n'interviennent qu'en cas de complications graves ou de décès des fillettes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Excision

voir aussi :

http://observers.france24.com/fr/content/20120518-polemique-excision-egypte-religion-tradition-mutilation-genital-frere-musulman

"La révolution égyptienne n’a en rien aidé les militants anti-excision dans leur combat. Les deux-tiers des sièges de la chambre basse du Parlement égyptien ont été remportés par des députés islamistes, notamment du parti des Frères musulmans, ou salafistes - une branche radicale de l’islam sunnite. Au début de la semaine, Nasser al-Shaker, député du parti salafiste al-Nour, a défendu l’excision lors d’un passage à la télévision, affirmant qu’il s’agissait d’un précepte de l’islam. Le parlementaire a par ailleurs précisé, comme un argument supplémentaire pour la levée de l’interdiction, que l’ex-première dame, Suzanne Moubarak, s’était battue pour éradiquer cette pratique. Une position qui a provoqué l’ire des groupes de défense des droits des femmes. "

Quelques semaines auparavant, la parlementaire Azza al-Garf, du parti des Frères musulmans, appelait à la levée de l’interdiction."

Et tous ensemble, avec la Rédaction de Médiapart, chantons les louanges du "printemps des exciseurs"!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.