LES REVOLUTIONS (une chanson)

En écho au livre de Michel Ragon, "La Mémoire des Vaincus", lu en ces jours confinés, une chanson un peu mélancolique sur les révolutions sur un très bel arrangement pour cuivres et bois de Jean-Luc Fafchamps. A écouter ci-dessous.

LES REVOLUTIONS

Claude Semal (photo Tanguy Cortier) © photo Tanguy Cortier Claude Semal (photo Tanguy Cortier) © photo Tanguy Cortier

 

Les révolutions tournent-elles toujours sur elles-mêmes ?

Comme une petite cuiller dans un café crème

De l’amour violent à la haine

Du Grand Soir aux petits matins blêmes

Les révolutions tournent-elles toujours sur elles-mêmes ?

 

Les Communards les camarades

Saint-Pétersbourg Barcelone

Au secours des barricades

Les femmes comme un seul homme

Que la liberté était belle

Drapeaux rouges sur les tracteurs

Combien de jeunes barbus rebelles

Pour faire un vieux dictateur ?

Combien de révolutionnaires

Tués par leurs propres amis

Pour remplir le grand dictionnaire

Des révolutions trahies ?

 

Les révolutions tournent-elles toujours sur elles-mêmes ?

Comme une petite cuiller dans un café crème

De l’amour violent à la haine

Du Grand Soir aux petits matins blêmes

Les révolutions tournent-elles toujours sur elles-mêmes ?

 

Alors – est-ce raison ou folie ?

Courons aux prochaines barricades

Pour boire à la mélancolie

Des Marins de Kronstadt

Pour voir le rêve de Spartacus

Sur le cheval de Zapata

Emile Zola qui accuse

En nous répétant tout bas

 

Les révolutions tournent-elles toujours sur elles-mêmes ?

Comme une petite cuiller dans un café crème

De l’amour violent à la haine

Du Grand Soir aux petits matins blêmes

Les révolutions tournent-elles toujours sur elles-mêmes ?

 

(paroles et musique Claude Semal, arrangement Jean-Luc Fafchamps, CD "BELGIK" Igloo Records)

https://www.youtube.com/watch?v=AUNtJbkRexw

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.