LA MAISON DU PEUPLE : FIN DE PARTIE ?

Ainsi, la Maire de Montauban sera arrivée à ses fins ! Dès son premier mandat, elle avait la Maison du Peuple dans le collimateur. Sa victoire de justesse aux élections municipales de 2008 avait mis un frein à ses intentions de liquidation. Aussi, ce fut une véritable aubaine pour elle quand se produisit l'occupation de la grande salle du rez-de-chaussée par des migrants qu'il fallait humainement protéger du froid. Le prétexte tant recherché était trouvé et, avec une mauvaise foi éhontée, elle accusa les syndicats d'avoir outrepassé leurs droits et d'être complices d'une occupation illégale qui justifiait une forte sanction : la mise à la porte dans les meilleurs délais !

Cette Maison du Peuple, symbole d'un témoignage de l'élan de solidarité national qui suivit les crues dramatiques de 1930 ( 3.500.000 francs de l'époque donnés par la ville de Paris ), fut édifiée rue Michelet et achevée en 1934. Non seulement elle abrita les syndicats ouvriers, mais elle fut largement offerte à tous : politiques, associations et on y organisa des fêtes, des lotos, des friperies ... Bref, la Maison du Peuple est un lieu d'Histoire et de Mémoire, intimement lié à la vie quotidienne des Montalbanais.

La seule période où la Maison du Peuple ne put remplir sa mission, ce fut de 1940 à 1945, réquisitionnée par l'Etat Français i Soixante-dix ans plus tard, la Maire de Montauban est sur le point de renouveler cette mauvaise action !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.