En défense de l'Enseignement professionnel .

14 mars 1896 Arthur Groussier dépose la première proposition sur la codification du Code du Travail; 1919 loi Astier sur la formation professionnelle, 1997 mise en place de l’Éducation Civique Juridique et Sociale en LP, ....

En cette veille de rentrée scolaire, mes pensées vont vers toutes celles et tous ceux qui vont entrer en Lycée professionnel, souvent portion la plus fragile de notre jeunesse.

Je me souviens toujours avec émotion de mon accès à mon premier poste de Proviseur adjoint en LP en 1997.

Cette année là correspondait à la mise en place (avant sa généralisation en 2001) de l'ECJS (Education Civique Juridique et Sociale)  dont un des thèmes était:

"• Citoyenneté et travail
Dans des sociétés où le travail est un des principaux vecteurs de l'intégration sociale, chômage et pauvreté portent atteinte en même temps au lien social et au lien civique. Saisir la portée politique des question liées au travail est un des objectifs poursuivis par les disciplines enseignées au lycée professionnel qui peut ici pleinement se déployer en ECJS. Précisons en même temps que la citoyenneté ne s'arrête pas aux portes de la vie au travail. Quelles que soient les contraintes de l'organisation du travail, celui qui travaille est un citoyen et, à ce titre, dispose de droits civils, politiques et sociaux. Ces droits liés au travail, et les débats civiques qu'ils suscitent, doivent pouvoir être abordés par tous les jeunes avant leur insertion professionnelle, notamment les questions concernant le droit du travail et celles liées à l'exercice du droit syndical. Cette dimension de la citoyenneté au travail peut être plus mobilisée en classe terminale préparatoire au BEP."

Arrêté du 20-7-2001. JO du 4-8-2001

A l'époque , je ne pouvais que faire le rapprochement avec cette autre grande date.

Le 14 mars 1896, le député socialiste Arthur GROUSSIER déposait une proposition de loi sur la codification des lois ouvrières. Différentes propositions de lois et de résolutions sur ce domaine vont se succéder mais n'entrent en résonance qu'en 1906[1] avec le ministère de Viviani qui envisage la codification en quatre livres des lois ouvrières.

- C'est la naissance du Code du Travail dont le premier livre intitulé Code du travail et de la prévoyance sociale, est adopté par la loi du 28 décembre 1910.

- En 1919, la Loi ASTIER pose les bases d'un enseignement professionnel unifié pour les apprentis et institue pour les ouvriers des cours de perfectionnement.

Je fais volontairement le lien entre ces deux grands moments et avec ce que nous vivons actuellement car s'attaquer au Code du Travail et à l'enseignement professionnel sont les deux faces d'une même volonté, en finir avec la résistance ouvrière pour livrer au MEDEF une main d'œuvre docile et servile, fragile dans ses compétences et ignorante de ses droits.

Que fait il d'autre quand MACRON déclare: « Celui qui répare un moteur de voiture,  on comprend qu’il doive être qualifié, mais celui qui lave les voitures ? Celui qui perce des murs porteurs contre celui qui repeint les volets ; celui qui utilise des produits toxiques de coloration des cheveux contre celui qui tresse des nattes… ».

Les grandes dates de la formation professionnelle sont le reflet des mobilisations sociales [2].

2017 sera-t-elle la prochaine pour faire échouer le coup d'état social ?

 Bonne rentrée à toutes et tous.                                                                                                        

[1] 1906, c'est aussi la catastrophe de Courrières qui va accélérer le processus législatif grâce à la révolte ouvrière malgré une répression qui vaudra à Clémenceau le qualificatif de "briseur de grève".

[2] Renvoi utile vers ce site : https://www.senat.fr/rap/l03-1791/l03-17911.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.