1er MAI 2022, FICTION OU CAUCHEMAR EN DEVENIR

Ceci est une fiction, sans doute caricaturale. Mais à travers les éléments de cette fiction, gardons nous de l’émergence d’une réalité cauchemardesque . Le nouveau monde est là.

1er mai 2022

 

Toute la France est au travail.

 

Conformément à la tradition, ce 1er mai célèbre le travail, mais d’une manière un peu particulière. Cette journée est désormais travaillée, mais non payée, le produit de ce travail n’étant pas consacré à la solidarité (y’en a marre des vieux), mais étant exclusivement réservé aux investisseurs et acteurs financiers.

 

Les défilés syndicaux, manifestations, rassemblements divers, de nature à troubler l’ordre impérial sont proscrits. Dans sa grande bonté, et sa formidable clairvoyance, sa majesté Macron, a tout de même autorisé un petit délassement. Toutes les start-ups termineront leur travail avec une heure d’avance, et organiseront une grande farandole dans les rues de la capitale, puis tout le monde ouvrira les paniers de pique-nique et se rassemblera sur les espaces verts pour partager un moment de convivialité studieuse, échanger leurs expériences, et en profiter pour augmenter leur productivité.

 

Les « RIENS » sont bien entendu priés de ne pas venir troubler cette belle fête, d’ailleurs, le seigneur Collomb, récemment anobli, a longuement et savamment mûri un dispositif formidablement dissuasif.

 

Sa majesté Macron en personne n’assistera pas directement aux festivités. Récemment sacré empereur, non pas à Reims comme certains plaisantins du vieux monde d’autrefois, mais dans l’enceinte de la Bourse de Paris, parmi ses pairs du CAC40. Jugeant l’Elysée un peu étroit pour abriter sa pensée complexe, il vient d’emménager à Versailles, dont toute la décoration a été repensée par l’impératrice Brigitte elle-même. Retenu par ses hautes fonctions (il est en train de finaliser la vente de la Tour Eiffel, du Louvres, et de l’île de la Cité à un consortium russo-chinois) et prépare déjà de nouvelles découpes, le bouillonnement financier n’ayant plus de limites. Le seigneur Hulot, lui aussi récemment anobli, l’aide grandement en dessinant les futurs aménagements de Notre Dame des Landes, enfin débarrassée de ses pouilleux par le seigneur Collomb, et qui doit servir de test à un enthousiasmant projet d’ensemencement OGM qui sera la base de la future agriculture hexagonale.

 

Autrefois, dans le vieux monde, que certains regrettent mais sans oser l’avouer, le 1er dimanche de mai était réservé tous les cinq ans à une élection prétendue démocratique, celle du président de la République, termes devenus désormais totalement désuets dans un empire "managé" par sa majesté clairvoyante et complexe.

 

D’ailleurs, la loi ElKhomery+++ (nommée ainsi en hommage à sa lointaine origine) a instauré le travail obligatoire le dimanche, à l’exception d’une messe catholique (obligatoire) célébrée sur les lieux de travail pour ne rien perdre en productivité. On y prie Jésus bien sûr, mais celui-ci a été doté de nouveaux apôtres, j’ai nommé Google, Amazon, Total, Apple, Facebook, Twitter, Microsoft, BNP Paribas, Coca Cola, Rotschild, Monsanto, et Donald Trump. (ndlr Manuel Valls était candidat, mais n'a pas été retenu).

 

En ce merveilleux 1er mai 2022, tous les smartphones (obligatoires) sont connectés et géolocalisés, et aucune parole, aucun soupir, aucune faiblesse, n’échappe à leur micro ultra sensible, ainsi, tous les efforts collectifs sont tournés vers la belle, grande, sainte, merveilleuse productivité.

 

La vieille LREM s’appelle désormais LEEM (L’Empire En Marche).

 

Oh oui, nous voudrions bien être plus vieux de 4 ans.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.