Claudine Blasco
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2021

Du Covid au « care »

La crise sanitaire que nous traversons depuis deux ans a montré combien étaient importantes toutes les pratiques quotidiennes liées aux soins, à la santé, ainsi que celles des services à la personne pratiques à la base du « care » : philosophie de vie faite de coresponsabilité et de solidarité par le prendre soin et avoir le souci des autres et de notre monde environnement compris,.

Claudine Blasco
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le « care » couvre en outre toutes les pratiques de démocratie représentative et directe qui ont été muselées par l'état d'urgence.

L'interdépendance de tous les êtres humains dans cette pandémie est flagrante et pourtant nos dirigeants se sont pour la plupart refermés dans leurs frontières , et à l'intérieur de celles-ci, bâti d'autres frontières, entre les vaccinés et les non vaccinés, les décideurs et la population, essayant de faire taire toute critique.

Cette crise sanitaire a aussi démontré la vulnérabilité intrinsèque à tout être humain mettant à mal l'idée d'autonomie , de compétitivité et d'individualisme qui caractérisait jusque là l'idéal de l ' « homme » libre, sur lequel se sont construites toutes les politiques ultralibérales du dernier siècle , tous les rapports sociaux, économiques et culturels qui régissent aujourd'hui notre société monde. Rapports basés sur la domination, les inégalités, l'isolement des individus, la compétition, la privatisation, le profit et la violence .

La crise du Covid c'est peut-être la chance de réorganiser nos sociétés, d'oser changer les priorités et de modifier les rapports de force .

Si nous acceptions d'envisager l'être humain dans toute sa vulnérabilité, nous aurions alors la possibilité de penser une nouvelle forme de société, adapté à notre statut de personnes interdépendantes et coresponsables . Ce serait une façon de tirer une leçon de la crise que nous venons de traverser, de réenchanter un futur plutôt maussade

Dans une société du care, l'être humain est reconnu comme un individu unique mais solidaire et dépendant d'un collectif et qui existe essentiellement dans la relation à l'autre.

Le care, comme le dit Carol Gilligan, est aujourd'hui une voie politique qui est celle de la contestation de la société de marché et de l'idéologie de l'individu performant/consommateur, c'est la résistance aux hiérarchies existantes, aux dominations ( dont celle de genre). Ainsi le care ne désigne pas une morale féminine qui reflète la dualité du masculin fort et du féminin faible mais une éthique féministe qui prône une démocratie fondée sur l'égalité femme/homme.

Cependant le care est l'affaire de tout le genre humain et pas seulement celle des femmes, même si aujourd'hui les pratiques du care sont en majorité faites par les femmes.

Ce n'est plus le marché qui doit nous inspirer mais la protection des plus vulnérables.

Tous les textes fondateurs de nos démocraties ( lois, droits, valeurs) devraient être réexaminés à l'aune des soins et de la protection dues aux plus vulnérables.

Cela impliquerait de grandes transformations sociales, afin de libérer la démocratie de toute tentation d'autoritarisme et de domination.

Cela transformera aussi profondément les relations familiales, en associant plus les hommes au souci et aux soins de la famille.

La politique du care allie attention aux autres et protection sociale, égalité de décision et reconnaissance des différences.

Elle devra s'enraciner dans les initiatives des dominés, des opprimés tout en redistribuant le pouvoir. L'état social ainsi construit favorisera alors l'épanouissement et la contribution de tou-te-s ses citoyen-ne-s.

Être citoyen-ne ne sera plus lié à sa seule carte d'électeur ou électrice mais à sa contribution à la société.

Cette crise nous déstabilise mais peut permettre la construction d'une nouvelle société monde. Penser « care » c'est bousculer la pensée unique et les schémas sociaux et mentaux de nos sociétés.

C'est un des grands enjeux d'évolution de la pensée et de l'émancipation des peuples.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann