Jours le Jour Merci à Alain Platel et aux 13 artistes congolais

 

Vendredi dernier j'étais à Chaillot pour voir Coup Fatal d'Alain Platel.

Treize Congolais étaient sur scène, musiciens, chanteurs, danseurs.

Le tissage du chant baroque à son apogée (Monteverdi, Haendel, et aussi Bach) et les musiques congolaises.

Ou comment les cultures se rencontrent et inventent par leur écoute réciproque un nouveau chant commun, qui s'accompagnent et font écrin l'un à l'autre.

Coup Fatal allie beauté, intelligence, virtuosité, générosité, amour, plaisir, fête.

La standing ovation qui a suivi la représentation le disait haut et fort : c'est un spectacle splendide qui, en ces temps de destruction, apporte la plus juste réponse qui soit - vie, amour et partage, art au plus haut degré.

Merci à tous les protagonistes de ce spectacle essentiel dont on voudrait que le titre Coup fatal soit porté contre le terrorisme et la haine aveugle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.