La pénurie d'enseignants s'aggrave

Dans les prochains mois, les discussions alarmées sur la crise des vocations des jeunes enseignants vont repartir de plus belle. Cette prédiction n'est pas difficile à formuler au regard des résultats d'admissibilité des deux concours  du Certificat d'Aptitude au Professorat de l'Enseignement Secondaire pour les disciplines littéraires (Lettres Classiques et Lettres Modernes).

En juin dernier, les articles et reportages journalistiques se sont multipliés pour signaler la crise des vocations dans certaines disciplines, et non des moindres : Mathématiques, Lettres Modernes et Classiques, Musique, Anglais... Tous les postes offerts au concours n'ont pas été pourvus faute d'un nombre suffisant de candidats ayant le niveau requis, selon le jury (qui est dans son droit de ne pas attribuer tous les postes proposés), et ce pour la deuxième année consécutive (http://www.lejdd.fr/Societe/Education/Actualite/Vers-une-nouvelle-penurie-de-profs-487749).

Au CAPES de Lettres de la session 2012 (dont les résultats définitifs ont été publiés en juillet dernier), 733 postes étaient à pourvoir. Après la qualification de 909 candidats pour l'oral, seuls 681 lauréats ont été retenus.

Vincent Peillon, dès sa prise de fonction, a annoncé une augmentation significative du nombre de postes pour pallier le déficit d'enseignants, devenu criant dans certains académies. Ainsi de nombreuses classes doivent-elles attendre l'arrivée d'un professeur remplaçant en mathématiques, dès la rentrée de septembre. C'est ce qui s'est passé pour la session 2013 : pour garder l'exemple du CAPES de Lettres Modernes, 1000 postes sont offerts au titre de l'année 2013.

Le Ministère avait annoncé que les inscriptions au CAPES étaient, pour cette session, en nette hausse. Cela laissait la place à l'optimisme : cette session 2013 a une importance considérable, puisque de nouveaux postes dans les établissements du secondaire sont créés à la rentrée prochaine (http://www.liberation.fr/depeches/2012/12/19/rentree-2013-nouveaux-postes-d-enseignants-en-priorite-en-banlieue-parisienne_868722) et il va s'agir de les occuper.

Néanmoins, on déchante bien vite au vu des résultats de l'admissibilité des CAPES 2013. En Lettres Modernes, seuls 1139 candidats sont retenus pour l'oral. Selon toute vraisemblance, les 1000 postes ne pourront pas être pourvus, afin de garder un sens aux épreuves orales. La situation est plus dramatique encore en Lettres Classiques puisque 108 admissibles ont été retenus pour un objectif initial de... 200 postes !

Il faut maintenant attendre la publication des résultats des CAPES scientifiques (en mathématiques notamment) pour avoir un premier aperçu solide de l'état des vocations en 2013. Ces premiers chiffres n'incitent guère à la confiance. La rentrée 2013 s'annonce d'ores et déjà extrêmement délicate - c'est un euphémisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.