C'est officiel, les femmes ne font pas de sport

C'est désormais aussi certain, aussi concret qu'un chocolat de Pâques déposé dans un jardin : les femmes ne font pas de sport. Pour s'en convaincre, feuilletons L'Equipe de ce vendredi 14 avril

C'est désormais aussi certain, aussi concret qu'un chocolat de Pâques déposé dans un jardin : les femmes ne font pas de sport. Vous n'êtes pas convaincu(e) ? Eh bien descendez aussi vite que possible dans le premier kiosque à journaux venu, ou bureau de presse, je ne suis pas sectaire, et achetez-vous L'Equipe, le quotidien, s'entend. Ca y est, Lecteur, Lectrice, vous êtes allé(e) le chercher ? Avec un peu de chance, c'est celui de ce vendredi 14 avril. Alors, cette Une.... Que voyez-vous ? Des garçons, tout un tas de garçons.

Du foot et des hommes

En général, les garçons, ils font du foot. D'ailleurs, on le sait, dans la cour des récré, c'est les garçons au foot, et les filles à la corde à sauter ou à la marelle. Parfois, pourtant, ils ont l'idée saugrenue de faire du basket ou du rugby. On se demande bien d'où ça leur est sorti, cette drôle d'idée. Pourquoi faire autre chose que du foot ? Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c'est étrange. Bien maintenant que nous avons notre papier, vous et moi, feuilletons-le ensemble devant un petit café. Vous voulez bien ? Tiens, page 18, on délaisse le ballon rond pour trouver une interview après la Ligue 2 Rudy Gobert, le pivot d'Utah Jazz, une équipe de NBA. Page 22. Du rugby. Là, vous m'objectez que ça se diversifie dans les pages suivantes : Formule 1, aviron, judo, athlétisme, natation,cyclisme, hockey.Vous avez raison..  « -Il y a tellement de photos d'hommes dans tout ça que c'est à demander si on n'est pas dans GQ » me faitez-vous pourtant remarquer. Oh, chez Lecteur, que vous êtes taquin ! Mais vous n'avez pas tort.

Et les femmes, dans tout ça ?

Les nanas, elles, elles font de la pub. En page 9, pour « La Parisienne », un mag créé par Le Parisien, une jeune femme magnifique, rieuse, sur fond bleu offre un contraste singulier avec le noir, le jaune et le vert des photos des joueurs de Dortmund . En réalité, pour être vraiment honnête, si on en croit ce L'Equipe du vendredi, il y en une qui a fait du sport. Elle s'appelle Camille Serme et elle a été battue en demi-finales des championnat du monde Squash. « Historiquement, le sport est un concept créé par et pour l'homme. Pierre de Coubertin, le père du sport moderne, affirmait que le rôle des femmes aux jeux olympiques devait être avant tout de couronner les vainqueurs. Il définissait le sport féminin comme inintéressant, inesthétique et inconvenant » remarquait la Presidente du Réseau européen "Femmes et Sport" de Sport et citoyenneté, Rosarita Cuccoli en 2013 dans le Huffington Post. Eh bien, visiblement, les avis n'ont guère bougé, même si, c'est vrai les lecteurs de L'Equipe ont découvert récemment que oui, les sportives ont elles aussi leurs règles, un truc qui concerne au bas mot la moitié des personnes sur cette terre... Le dossier, extrêmement bien fait, a fait couler beaucoup d'encre. Pour la première fois, il était traité par une presse non féminine, et destinée à un lectorat masculin. On trouvera rarement de photos de femmes à l'effort. « Le cyclisme féminin, c'est trop naze, elles sont pas belles », entend-on au café du coin. C'est vrai quoi, on attend d'abord d'une sportive qu'elle soit belle. Qu'elle gagne, qu'elle s'entraîne, qu'elle fasse des sacrifices personnels et financiers pour son sport, ça, ce n'est guère plus important qu'une friture dans un œuf de Pâques. La différence entre le sport masculin et le sport féminin, ben c'est le sport ma brav'dame. Si on veut voir des filles qui gagnent, ou qui perdent d'ailleurs, car le sport c'est ça aussi, il faut aller vers des médias spécialisées comme Les Sportives, ou Women Sport, deux médias, qui, parmi d'autres, tentent de promouvoir le sport féminin. Ou aller piocher sur des sites dédiés aux autres sports.

 

Il y aurait donc un sport féminin et un sport masculin, bien distincts ? L'égalité entre les sexes passera sans doute par la prise de conscience, petit à petit, que tout le monde fait bien partie de la même humanité, qu'une femme peut courir, sauter et que ses performances ne sont pas moins belles que celles d'un homme sous prétexte qu'elle va moins vite, moins haut, moins fort...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.