clemence.kerdaffrec@gmail.com
Journaliste stagiaire
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 août 2022

clemence.kerdaffrec@gmail.com
Journaliste stagiaire
Abonné·e de Mediapart

Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure

Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.

clemence.kerdaffrec@gmail.com
Journaliste stagiaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«  Le genre humain peine donc en vain, en pure perte, toujours consumant son âge en futiles soucis. C’est qu’il ne connaît pas de limite à la possession »

Épicure, Lettre à Ménécée 

Nous avons pour valeurs la grandeur et la quantité : le « plus », la croissance, sont des objectifs à ne jamais questionner, des moyens devenus fins dont on ne sait plus trop ce qu’ils servent.

Ce « plus » ne peut toutefois pleinement nous satisfaire. Il manque trop manifestement de sens et nous cherchons encore malgré tout, presque malgré nous, une fin bien au-delà de nos moyens.

Cette fin ne se trouvera pas dans les choses, mais nous pouvons y découvrir des intermédiaires susceptibles de ralentir notre folle course à l’avoir, des objets qui soient suffisamment proches de nous pour susciter notre désir mais encore trop éloignés pour être immédiatement dépassés, consommés.

Nous sommes capables de créer ces objets, semblant d’alternatives au « plus » qui le rejoignent dans un grand tout. Il s’agit d’un « moins » bien particulier : du rare et de la rareté, véhicules illusoires d’un sens évaporé.

En effet, pour que l’exigence de qualité et de singularité, voire d’exceptionnalité - qui porte la quête de sens de l’individu/alisme contemporain - puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. Comme dans un jeu, et la comparaison n’est pas sans motif, la résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.

La science économique considère comme premier l’état de rareté dans lequel se trouve le monde. Face aux difficultés d’accès ou au manque de ressources disponibles, les sociétés élaborent une économie, c’est-à-dire des lois et des normes organisant la répartition des biens de l’oikos (de la « maison » ou communauté de vie) entre les individus, dans l’espace et dans le temps.

Ce que nous observons aujourd’hui c’est un renversement de la logique économique originelle. Il ne s’agit pas ou plus seulement de répondre à des besoins mais d’en créer de nouveaux.

« Notre économie est comme un coureur en déséquilibre qui doit courir de plus en plus vite pour essayer de ne pas tomber » écrit Jacques Ellul. Il faut produire plus, consommer plus dans un cercle sans fin car la croissance est synonyme de mieux vivre et la stagnation perçue comme scandaleuse. Toute nouvelle technique doit être aussitôt appliquée, or « pour arriver à appliquer de nouvelles techniques, il faut de nouveaux capitaux qui ne peuvent être produits que par la vente augmentée de biens encore plus nouveaux ». Il faut donc remplacer dès que possible l’existant par du toujours plus neuf et, lorsque l’innovation n’apporte plus rien de véritablement utile, par du gadget et du décoratif. Il s’agit de maintenir la croissance économique « avec n’importe quoi pourvu qu’il y ait croissance ».

Et pour le consommateur, difficile de s’arrêter quand aux besoins élémentaires s’ajoutent de nouveaux besoins devenus nécessaires pour survivre dans une société lancée dans une folle course au progrès qui a pour seule fin la croissance.

Cette idéologie se traduit par deux mécanismes de production et de consommation : celui de l’obsolescence et celui de l’accumulation. Chaque année voit paraître de nouvelles modes, un nouvel Iphone, mille nouveaux concepts, sans réelle nouveauté. L’ancien est dépassé et donc remplacé. Pour certains produits cependant la logique est inverse. Ainsi, pour le collectionneur, l’ancienneté du timbre ou de la pièce n’est pas une tare, au contraire puisqu’il n’en sera pas fait usage. L’objet n’a alors que la valeur qu’on lui donne, valeur d’échange ou valeur sentimentale.

Seulement, ces objets de collections anciens ne sont pas en nombre infini et leur circulation ne génère pas toujours une plus-value intéressante. Les collectionneurs d’objets anciens ne sont pas en effet, dans leur grande majorité, des consommateurs qui servent la croissance en encourageant la production de nouveautés.

« Heureusement », on peut créer du "collectionnable" sur mesure pour tirer profit de cette passion d’objets et spéculer sur la valeur initialement faible d’une rareté bien orchestrée.

C’est ce que fait depuis déjà un certain temps l’industrie de la Pop culture. Aujourd’hui, la mode en matière de collection grand public est notamment aux figurines américaines Funko Pop. Ces figurines en vinyle, reconnaissables à leur tête disproportionnée, sont apparues en 2005. Depuis, elles remplissent les rayons des magasins culturels ou spécialisés geeks et des grandes surfaces. Il en existe des milliers, à l’effigie de personnages de fictions ou de célébrités. Certaines, vendues autour de quinze euros, sont très communes et facilement accessibles. D’autre, c’est le piège et l’intérêt, sont produites en séries limitées et peuvent atteindre des prix faramineux. La figurine Planet Arlia Vegeta (Dragon Ball Z), « exclusive » du Comic Con de New York, est ainsi estimée à 3500$. On la trouve à plus de 10 000$ sur le site Stock.

Rares sont évidemment les consommateurs à se permettre une telle folie. Nombreux sont en revanche ceux qui cèdent à la tentation d’acquérir une de ces babioles en plastique puis bientôt une seconde, et encore une autre, jusqu’à ce la place ne vienne à manquer, ce qui n’arrêtera pas tout le monde.

Le manque de place est un problème à cette échelle autant qu’aux autres, mais ce qui devrait plutôt nous soucier c’est que cela fait beaucoup de plastique. Or le plastique, on le sait, est un produit du pétrole dont la fabrication consomme beaucoup d’eau et pollue énormément. Tout ça pour quoi ? Pour la croissance.

Et pour quelques-uns seulement. Car pour qu’il y ait ici abondance, il faut qu’il y ait manque là-bas. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, se déplace et s’échange. Notre capital naturel s’amenuise pour que croisse la quantité. Par nos besoins futiles, nous créons une rareté véritable, cause de manques très réels qui ne pourront être comblés par ce que nous produisons.

Il est donc grand temps que nous en revenions aux fondamentaux d’Épicure : au naturel et au nécessaire.

(à suivre...)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB