clemence.kerdaffrec@gmail.com
Journaliste stagiaire
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 août 2022

clemence.kerdaffrec@gmail.com
Journaliste stagiaire
Abonné·e de Mediapart

Une rentrée sous le signe du plastique ?

Chaque année, les magasins changent de décor à l'approche de la rentrée scolaire et se couvrent de plastiques luisants, odorants, colorés et transparents. Les marques font la promotion du durable, du recyclé et du recyclable, mais surtout et toujours de l'achat en lui-même.

clemence.kerdaffrec@gmail.com
Journaliste stagiaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La rentrée des classes approche et les parents se pressent dans les magasins pour dégoter les fournitures qui figurent sur les listes de leurs écoles. Comme chaque année, ils vont acheter, souvent racheter, trousses, stylos, crayons, feutres, gommes et autres incontournables des salles de classe.

La plupart de ces objets sont en plastique. Malgré des progrès en la matière, on trouve encore peu d’alternatives aux outils à base de pétrole. Dans les rayons, les règles en bois et les taille-crayons en métal sont plutôt rares et intéressent peu les enfants qui leur préfèrent des produits plus colorés.

Ce sera donc plastique, ou plutôt « plastiques » car les polymères qui constituent la matière plastique sont de plusieurs types (thermoplastique, thermodurcissable, etc.) et qu’il existe, après adjonction d’additifs, des centaines de formules chimiques différentes. Ces plastiques et les substances qu’ils contiennent parfois peuvent être nocives tant pour l’environnement que pour la santé de ceux qui y sont exposés.

Comme une odeur de produits chimiques…

« Il y a plein de cochonneries dans le plastique et ça se sent » déclare Myriam, une mère de famille croisée au rayon cartables. Il est vrai que l’odeur particulièrement forte qui se dégage des produits accrochés de part et d’autre n’inspire pas particulièrement confiance.

Et à raison. Selon un rapport de l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) publié le 07/07/2022, des substances chimiques dangereuses pour la santé et pour l’environnement (dont des phtalates, perturbateurs endocriniens notoires) ont ainsi été retrouvées dans certaines fournitures scolaires.

L’industrie du plastique a en fait de nombreux impacts environnementaux. En plus de consommer énormément d’eau et de contribuer à l’épuisement des ressources, elle est à l’origine d’importantes émissions de CO2 notamment lors de l’extraction du pétrole ou du gaz qui composent la grande majorité des plastiques produits.

Par ailleurs, comme l’explique le guide de l’Ademe (Le paradoxe du plastique en dix questions) : « peu de déchets plastiques sont aujourd’hui recyclés et beaucoup finissent incinérés avec les ordures ménagères ou enfouis dans des décharges. S’ils sont abandonnés dans la nature, ils mettront des siècles à disparaître…s’ils disparaissent vraiment ».

Une pollution invisible

D’autre part, on le sait désormais, la pollution plastique n’est pas uniquement de celle que nous pouvons constater au quotidien sur les bords des autoroutes ou sur les plages. Il existe une pollution invisible provoquée par de fines particules (micro ou nano-plastiques) qui contaminent l’eau des océans et l’air que nous respirons.

Ces micro-plastiques proviennent notamment des textiles synthétiques fabriqués à partir de polymères. En ce qui concerne les fournitures scolaires, il s’agit des trousses et des cartables, dont le lavage en machine enverra dans les eaux quantité de particules que ne peuvent éliminer les stations d’épuration.

On préfèrera donc les tissus en fibres naturelles (coton, chanvre, lin…) et surtout, parce que ces matériaux ont aussi un impact écologique, des produits de qualité destinés à durer plusieurs années. Nos enfants, mécontents aujourd’hui, nous remercierons plus tard.

Du recyclable rarement recyclé

Pour ce qui est des crayons, des stylos et des instruments de mesure, les rayons se « verdissent » avec l’introduction d’outils en plastique recyclé.

Problème : cela fait toujours beaucoup de plastique et les plastiques recyclés ne sont pas toujours eux-mêmes recyclables. De plus, même recyclables, ils sont rarement recyclés. Si des initiatives existent, elles ne sont pas forcément connues des consommateurs : les stylos Bic par exemple finissent fréquemment à la poubelle alors qu’ils pourraient être collectés et envoyés par exemple à l’entreprise Terracycle (ce que font de plus en plus de collectivités).

Le recyclage n’est pas une solution neutre en carbone. Il serait préférable de ne pas fabriquer de produits jetables à aussi court terme. On pense bien sûr aux instruments rechargeables, en plastique, en bois ou en métal, déjà présents dans nos grandes surfaces mais encore trop minoritaires.

Le mot d'ordre est de faire durer. Or si la durabilité (diversement comprise) est un argument de vente notamment pour les règles en plastique « incassables », dans les faits la plupart des produits sont renouvelés annuellement car perdus, usés ou « passés de mode ».

Des labels mis en avant mais peu visibles et mal identifiés

Pour s’y retrouver, faire des choix plus respectueux de l’environnement et de la santé des enfants, l’Anses recommande de prêter attention aux labels certifiés qui figurent sur les emballages des produits. Cette recommandation ne touche cependant pas tous les consommateurs potentiels.

Interrogés pendant leurs courses, les clients de plusieurs magasins de la banlieue sud de Paris (échantillon peu représentatif) indiquent ne pas avoir eu connaissance de la publication du rapport de l’Anses et avouent ne pas prêter spécialement attention aux écolabels.

Pour beaucoup, le critère de sélection d’une fourniture demeure le prix et la satisfaction des enfants. « Le critère c’est ça plait ou ça ne plaît pas » explique ainsi le père de deux enfants scolarisés en CP et en CM1 à l’école privée Saint-Marcel (75). Il ajoute ne pas avoir remarqué la présence de produits en plastique recyclé pourtant signalés par des étiquettes représentant des bouteilles plastiques.

Quant aux labels « NF environnement » ou « Nordic swan ecolabel » présents par exemple sur les emballages de certains stylos et de certaines colles, ils ne sont visibles que pour les consommateurs qui les cherchent. « Il faut être un public averti ! » s’étonne le père de famille.

Quelques conseils utiles

Si vous n’avez pas encore réalisés vos achats de rentrée, si achat il y a besoin de faire, n’hésitez pas à consulter les guides pratique publiés par l’Ademe :

https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/labels-environnementaux

https://librairie.ademe.fr/air-et-bruit/845-choisir-des-fournitures-scolaires-sans-risque-pour-la-sante- 9791029713385.html

Vous pouvez aussi vous intéresser aux « règles d’or pour des fournitures scolaires écologiques et pas chères » publiées en 2020 par le Belge Ecoconso.

Notez toutefois que ces labels ne sont pas une garantie parfaite. L’Ademe indique par exemple concernant les deux labels cités plus haut que si « l’étape de fabrication est prise en compte au travers de la limitation des substances dangereuses et quantités de matières non renouvelables […] il n’y a pas d’objectif minimum de réduction de la consommation d’énergie pour cette étape ». De plus bien que « le label privilégie les matières renouvelables […] cela ne garantit pas que les impacts environnementaux importants sont systématiquement réduits ».

Le bon choix consiste donc à éviter d’acheter quand ce n’est pas nécessaire et à faire durer le plus possible ce qui peut encore servir.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Voilà ce qu’il va se passer avec vos achats du Black Friday
Vendredi, c’est le Black Friday, et vous allez être tenté d’acheter de nouveaux vêtements. Et on vous comprend : c’est difficile de résister à ce t-shirt bon marché qui vous fait de l'œil et qui est soudainement à - 70%. Avant de faire quelque chose que vous allez sûrement regretter, on doit vous dire ce qui risque de se passer avec votre t-shirt.
par StopFastFashion
Billet de blog
Publicité : l'industrialisation de la manipulation
On lit souvent que la pub « nous manipule », mais qu'est-ce que ça veut dire ? Le débat à ce sujet se réduit souvent à l'alternative entre liberté absolue ou déterminisme fatal. À la veille du Black Friday, un évènement reposant entièrement sur la pub pour exister, il faut analyser en détail les techniques de discours manipulatoire, leurs usages en publicité et leurs effets sociaux.
par Résistance Agression Pub
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis