Clément Barailla
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2015

Libérons le travail !

Clément Barailla
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oui, le droit du travail n'est plus adapté. Oui, notre modèle social doit être repensé.
Parce que quand le taux de chômage s'envole, ce modèle ne concerne plus personne.
La plupart des discours de gauche ou de droite se placent dans une espèce d'éternité suspendue, comme si la nécessité de produire était restée identique, comme si rien n'avait changé. Mais tout a changé.
Un bon homme politique, dans leur microcosme, c'est celui qui vous promet le meilleur taux de croissance et le plus de création d'emplois.
Mais la vérité, c'est qu'on s'en moque.
L'enjeu n'est pas là. L'enjeu n'est pas là pour ceux qui cherchent un emploi, car ils n'en ont pas besoin : ils sont avant tout en recherche d'un moyen de subsister, d'être reconnus, de s'épanouir... Ce que l'emploi ne permet plus : la souffrance au travail augmente, pas le pouvoir d'achat, ni la production de signes de reconnaissance dans les entreprises.
Au fond, l'enjeu n'est pas là non plus pour l'efficacité économique du pays et de ses entreprises, puisque cette efficacité se mesure autant à la destruction d'emplois qu'à la quantité de travail accumulé, autant dans les superbes défis de l'innovation permanente encensés par notre ministre de l'économie que dans la concurrence exacerbée entre pourvoyeurs de travail permis par un chômage de masse.
Oui, il faut libérer le travail. C'est-à-dire, à court terme, changer radicalement le mode de management des moyennes et grandes entreprises et de l'État pour le rendre moins pénible, moins manipulatoire et moins créateur de souffrances. Pour celles et ceux qui le peuvent, c'est aussi expérimenter d'autres façons d'être actifs, sans être managés et infantilisés. C'est-à-dire permettre aux gens, à moyen terme, de choisir la manière dont ils veulent contribuer au progrès social (via par exemple le revenu d'existence et la multiplication de plateformes communes d'échange de biens et services, qui sont des mesures transitoires). C'est-à-dire, à long terme, permettre à des entrepreneurs d'un nouveau genre de développer des projets qui ne s'inclinent pas devant la logique économique, qui sont des projets de vie. Libérer le travail pas au sens de l'emploi, mais de devenir libre de ce qu'on fait dans le monde. Travailler sans être contraint d'avoir un emploi.


On le voit, si cette transformation est politique, elle ne passe pas forcément par une impulsion gouvernementale. Car l'action politique est multiple.
La politique féodale des baronnies locales ou des géants du CAC40 n'est pas la seule possible.
Libérer le travail, c'est aussi refaire de la monnaie un bien commun. C'est aussi permettre et encourager la transition écologique, qui doit s'appuyer pour être efficace sur l'implication citoyenne et la transition vers d'autres modes de vie, plus sains et durables.
Le culte de la valeur travail nous mène dans le mur, et chaque camp applaudit à sa manière un dieu qui exige de grands et inutiles sacrifices.
Libérons-nous en !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss