Pas de rêve mexicain pour les Haïtiens de Tijuana

Les Etats-Unis veulent conclure un accord migratoire de “pays tiers sûr” qui obligerait les demandeurs d’asile à rester au Mexique, mais le cas des milliers d’Haïtiens coincés à Tijuana en attendant de pouvoir passer de l’autre côté de la frontière illustre les limites de cette ambition.

Exilés haïtiens pendant une messe, dans un centre d'accueil religieux de Tijuana © Valerio Muscella Exilés haïtiens pendant une messe, dans un centre d'accueil religieux de Tijuana © Valerio Muscella

A quelques mètres de la frontière entre Tijuana et San Diego, on sert l'un des meilleurs plats de poulet de la ville, dans une sauce à l'ail et aux épices. La recette vient d'Haïti, tout comme les petites mains qui la préparent, faute d'avoir pu franchir la frontière.

La propriétaire mexicaine de ce restaurant, Rosa Isela Ibarra, a pris l'initiative de répondre à une demande récurrente de la toute nouvelle communauté haïtienne de Tijuana, forte d’environ 3000 personnes. "Pour ces migrants coupés de leurs racines, qui n'ont pas mis le pied dans leur pays depuis trois à dix ans, la gastronomie aide à supporter l'exil", explique cette cheffe d'entreprise qui a été l'une des premières à avoir eu l'idée. Depuis lors, une dizaine de restaurants créoles ont vu le jour aux quatres coins de la ville, la plupart tenus par des Haïtiens venus du Brésil comme Wilthène Pierre, solide restaurateur barbu. Aujourd'hui, son restaurant livre une concurrence robuste à l'établissement de Rosa Isela.

Incongrue il y a encore deux ans, la vue de restaurants et de groupes de vendeurs à la sauvette haïtiens battant le pavé du centre-ville est aujourd’hui devenue monnaie courante pour les habitants de Tijuana. Leur présence aux portes des Etats-Unis est une conséquence directe du séisme qui a fait plus de 230.000 morts sur l’île en janvier 2010 [...]

[La suite de l'article, co-écrit avec Pierre Sautreuil, est en accès payant sur le site de la Libre Belgique. Le titre, choisi par la rédaction, n'a pas été approuvé par les auteurs].

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.