Tijuana, pays de la mort anonyme

A la frontière avec San Diego, les morts sont aussi nombreux qu'anonymes.

Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry

Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry

Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry

Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry Le 12e cimetiere de Tijuana, inauguré en 2004, compte plus de trente mille tombes dont 495 fosses communes © Clément Detry

À Tijuana, les autorités médico-légales sont débordées par une vague de violence d’une ampleur jamais vue. Depuis bientôt deux ans, les frigos de la morgue de Tijuana débordent, dans certaines fosses on n’enterre "que les têtes et les bébés" et de nombreux corps ont du mal à être identifiés. Dans le quartier Maclovio Rojas, le cartel Arellano-Felix faisait liquéfier ses victimes dans l’acide caustique. 

Un reportage écrit avec Pierre Sautreuil, en accès payant sur le site de la Libre Belgique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.