Faire cours en pleine guerre de la drogue (REPORTAGE)

Reportage dans un collège du petit village de Tepozcuautla à la rencontre de ces professeurs qui font cours malgré les menaces et où les nouveaux surveillants sont armés de fusils d’assaut.

Elèves d'un collège de Chilapa, Etat du Guerrero, Mexique. © Alfredo Bosco, agence Luz Elèves d'un collège de Chilapa, Etat du Guerrero, Mexique. © Alfredo Bosco, agence Luz

[Avec Pierre Sautreuil].

Dans la région Centre du Guerrero au Mexique, 600 établissements scolaires ont dû fermer leurs portes pendant la majeure partie de l’automne. Initialement, cette interruption ne devait durer qu’une semaine, le temps d’inspecter les dégâts causés dans la région par un séisme le 19 septembre. C’est au même moment qu’a débuté une campagne de menaces d’une ampleur jamais vue organisée par des groupes criminels à l’encontre des professeurs de la région. Diffusés par WhatsApp et sur les réseaux sociaux, ces messages anonymes reçus par des centaines d’enseignants leur intime l’ordre de rester chez eux jusqu’à nouvel ordre, sous peine de mort.

[La suite de l'article est en accès payant sur le site de la Libre Belgique].

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.