Considérations sur le cinéma en Turquie (Clément)

istanbul Film Festivali 2008 © gallardoist

Le 27ème festival international de cinéma d'Istanbul (5-20 avril) vient de se terminer, quinzes jours de folie cinématographique, 200 films, des dizaines de réalisateurs de tous les continents, des milliers de spéctateurs et ... C'est là que le bas blesse, et rien, retour à la normale : c'est-à-dire un gloubiboulga de blockbusters américains et de films populaires turcs. Il ne semble pas y avoir de place pour les autres cinémas le reste de l'année. Pourquoi ?
J'ai posé quelques questions à ce sujet à Nicolas Monceau (enseignant-chercheur à l'IEPG, ancien enseignant à l'Université Galatasaray et collaborateur du "Monde" enTurquie), spécialiste du cinéma turc.
_Comme vous l'aviez déjà constaté il y a dix ans, il existe réellement une dichotomie entre la programmation variée et pointue du festival et l'omniprésence des films américains commerciaux le reste de l'année. Cela est-il dû au système de distribution turc ?
Pour l’essentiel oui. Les grandes majors de distribution américaines – Warner Bros, UIP – se sont implantées en Turquie il y a une vingtaine d’années et elles distribuent de nombreux films hollywoodiens. Pour ces dernières, la Turquie est un marché important. On voit beaucoup plus de films hollywoodiens distribués en Turquie qu’en France par exemple. Cela s’explique aussi par les résultats du box office cinématographique en Turquie, où les « blockbusters » hollywoodiens dominent très largement.
_Depuis dix ans, la situation du cinéma turc a beaucoup changé, ce sont maintenant 60 à 70 films qui sont produits chaque année et qui rencontrent un public très large, comment analysez-vous cette embellie ?
On peut effectivement parler d’un renouveau du cinéma turc depuis une quinzaine d’années. Sur le plan artistique, cela se traduit par une reconnaissance plus importante de films d’auteurs turcs dans les grands festivals internationaux de cinéma, comme Cannes, Berlin ou Venise. Une nouvelle génération de cinéastes turcs a émergé depuis une quinzaine d’années, qui rencontre un succès sur le plan international. Parmi ces derniers, on peut citer Nuri Bilge Ceylan, et son film Uzak qui a remporté le Grand prix du Festival de Cannes en 2003, Zeki Demirkubuz ou encore Yesim Ustaoglu et Dervis Zaim. Parallèlement, le cinéma commercial et populaire s’est fortement professionnalisé. Les « blockbusters » turcs d’aujourd’hui, nettement plus maîtrisés sur le plan scénaristique et technique, peuvent rivaliser avec les blockbusters hollywoodiens. Un signe parmi d’autres : ils sont diffusés plus largement à l’étranger, comme le film VizonTele Tuba qui a même confiné au phénomène social en France. Ce regain de vigueur du cinéma populaire turc s’explique aussi par l’importance du star system qui s’est développé avec la télévision privée depuis le début des années 1990. Les grands succès populaires turcs, pour l’essentiel des comédies, attirent désormais le public avec des vedettes du petit écran, qui sont des comiques type one-man-show ou présentateurs d’émissions de divertissement. On peut penser à Dany Boon ou à Arthur en France. Par ailleurs, le cinéma commercial turc demeure toujours très populaire à la télévision, où une chaîne lui est même dédiée.
_Il n'existe pas réellement de salle de cinéma d'art et d'essai, mais existerait-t'il un public régulier pour ce type de cinéma ?
Il existe des salles de cinéma soutenues par le fonds Eurimages du Conseil de l’Europe, dont la Turquie est membre depuis 1990. Il y en a six en Turquie, dont cinq à Istanbul. Ce fonds soutient la production, mais aussi la distribution des films européens. Les salles qui bénéficient du soutien de ce fonds doivent programmer une part non négligeable de films turcs et européens d’auteurs. Par rapport aux entrées des films hollywoodiens au box-office turc, le public demeure en effet assez marginal. Certaines études montrent que le public du cinéma en Turquie est très majoritairement jeune.
_Pourtant, les billets pour le festival s'arrachent en peu de temps. Y-a-t'il un phénomène de distinction sociale et culturelle autour de la consommation d'évènements prestigieux comme le festival ou la biennale ?
Oui, le Festival international du film est l’un des grands « événements » culturels de l’année à Istanbul, et il attire un large public qui ne va pas forcément au cinéma en dehors. Parallèlement, c’est la seule manifestation d’envergure à Istanbul qui permette de voir des films étrangers de qualité, qui ont été présentés récemment dans les grands festivals de cinéma comme Cannes ou Venise, et des œuvres anciennes qui ne sont jamais diffusés en salles. Le Festival, lancé en 1982, a pris le relais de la Cinémathèque d’Istanbul, active de 1965 à 1980. Les mêmes personnes sont à l’origine de deux structures. La différence du Festival, c’est qu’il dure sur une période de quinze jours par an.
_Les films turcs d'auteur, tels ceux de Nuri Bilge Ceylan connaissant un certain succès dans les festivals et à l'étranger, cependant ils ne remplissent pas les salles turques, pourquoi ?
La fréquentation des films d’auteurs turcs est effectivement très faible par rapport aux films hollywoodiens en Turquie. Cela s’explique en partie par les pratiques culturelles du public turc, pour qui le cinéma relève avant tout d’un divertissement consommé sur le modèle américain. La cinéphilie, très présente dans les années 1960 avec des revues spécialisées du type Cahiers des cinéma, a quasiment disparu en Turquie. Par ailleurs, les billets de cinéma on un coût relativement élevé en Turquie par rapport au pouvoir d’achat du public. Enfin, les spectateurs savent que les films turcs seront diffusés à la télévision quelques mois seulement après leur sortie en salles.

 

Clément

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.