Erreurs des uns et des autres durant la pandémie du Covid - 19

Il ne fallait pas sortir de Saint Cyr pour comprendre que le Covid n’allait pas s’arrêter à nos frontières, pourquoi laisser les frontières grandes ouvertes, et les avions atterrir en provenance de la Chine, où justement le Covid explosait, depuis plusieurs semaines déjà, sans prendre les précautions les plus élémentaires (contrôle de la température, suivi des arrivants).

 

  • Erreurs des uns et des autres durant la pandémie du Covid - 19

Il est aisé d’écrire, une fois que les choses se sont passées, mais enfin il ne fallait pas sortir de Saint Cyr pour comprendre que le Covid n’allait pas s’arrêter à nos frontières (quelqu’un a déjà écrit quelque chose de similaire, sur la catastrophe de Tchernobyl), pourquoi laisser les frontières grandes ouvertes, et les avions atterrir en provenance de la Chine, où justement le Covid explosait, depuis plusieurs semaines déjà (selon les experts, les premiers cas avérés remontent à mi-novembre 2019), sans prendre les précautions les plus élémentaires (contrôle de la température, suivi des arrivants).

Une bonne quinzaine d’avions, toutes provenances et destinations confondues se sont posés chaque jour entre fin novembre 2019, et fin janvier 2020, date approximative de la prise de conscience par nos autorités de tutelle. Où sont les contrôles les plus élémentaires, ne serait-ce que la température, pourtant facile à déterminer ? Tout le monde était persuadé, que le Covid, allait pardessus et ne pas s’arrêter en France, c’est ainsi aussi que l’on a fait détruire des tonnes et des tonnes de masques qui nous ont fait tant défaut.

 

  • Des erreurs à la pelle

Les tests ne servent à rien, volontairement on a cherché a mélanger les vrais positifs, et les faux positifs, trompant ainsi toute la population, qui entendait tout et son contraire. Il n’y avait pas deux experts, qui tenaient le même langage. En plus, on a tenté de jouer sur les positifs asymptomatiques, alors que la réalité c’est que nous ne connaissions rien sur le virus en lui-même, en dehors d’un semblant de vérité qu’il nous viendrait du pangolin… pauvre petit pangolin ???

Idem pour les masques et le confinement, ici on peut sortir, mais sur la même rue, un peu plus loin, on ne le peut plus, mais ailleurs dans les mêmes conditions on ne le peut pas non plus, commedia del arte, il faut porter le masque, mais le souci, est que nous n’en avions pas (ils avaient été détruits, car la date était soi-disant dépassée ? Quelle hérésie !! A nous les petites mains, pour en fabriquer par camions, la meilleure des preuves est qu’en Europe, aucun des pays n’a adopté les mêmes principes, et chacun à fait à sa façon, car les idées des scientifiques divergeaient.

Et les morts dans tout cela, au départ, les autorités ont plus ou moins cherché à diminuer le nombre, argumentant, qu’il y avait aussi les autres maladies, grippes, cancers, et similaires, mais personne n’a voulu voir, que le nombre de personnes qui perdaient la vie, avaient tous plus de 65 ans. Si aujourd’hui, nous sommes dans le monde à plus d’un million de morts, c’est tout simplement qu’il ne s’agissait pas d’un « gripette », ni d’une grippe passagère, comme certains l’ont affirmé, mais d’une vraie pandémie.

Les hôpitaux et leur gestion problématique, le nombre d’entrants du Covid 19, était si conséquent, que les hôpitaux ont dû se résoudre, à ne pas traiter d’autres maladies aussi mortelles, en repoussant sans cesse leur hospitalisation (par manque de place, disait-on ? quelle pudeur !), et aujourd’hui combien de cancers qui auraient pu et du être traités à temps, ne se sont-ils pas développés, entrainant avec eux, la mort de la patiente, par un réel manque de soins.

 

 

  • Quelques éléments de positifs

 

Une des avancées, les plus positives e été le développement de la télémédecine, car  c’est une autre façon de se soigner, sans contacts, et en respectant les protocoles imposés par les autorités de tutelle. Les personnes âgées ont entre autres adhéré à la formule, car elles n’avaient plus besoin de sortir de chez elles, ni donc de se déplacer, elles recevaient un simple SMS, allaient à leur ordinateur, et le contact était noué avec leur médecin habituel.

Les médecins apprécient aussi, car fini les oublis, et les rendez-vous loupés.  Les SMS sont sûrs à plus de 95 %, c’est le canal le plus sûr, et l’un des plus appréciés de tous. Evitant les contacts physiques, il répond à la problématique du « plus de contacts directs », et surtout des rendez-vous honorés, et des horaires oubliés qui sont un fléau pour les médecins et pour tous les praticiens.

Et si le confinement était positif, tout dépend du contexte, on ne vit pas le confinement dans sa maison de campagne avec son jardin, que dans un petit 3 pièces où toute la famille est condamnée à longueur de journée, avec la problématique des accrochages et de la promiscuité. Des essais ont été faits, pour changer un peu le contexte routinier, (Appels via WhatsApp, Applaudissements au monde médical tous les jours à 20 heures, Conférences-call, avec des amis et la famille, où l’on pouvait non seulement échanger, mais aussi se voir en parlant.

Le monde éducatif a aussi vu, évoluer ses méthodes, le fait de fermer des milliers d’écoles, et d’universités, à obligé les enseignants à trouver d’autres solutions, téléformation, enseignement à distance, et l’on peut écrire sans risque d’être mal perçu, que le virus Covid aura fait évoluer l’enseignement du 21ème siècle (Positif – Négatif), en intégrant la technologie, dans les process de formation et d’éducation.

L’alimentation de proximité, aura eu aussi, son effet positif, les maraichers de proximité, les petits commerces proches (quand ils ne sont pas fermés), proposent des produits de qualité et surtout de proximité, améliorant ainsi considérablement la qualité de notre nourriture quotidienne. Soutenir l’écologie et l’économie locale de proximité, est probablement l’un des plus grands acquis de cette pandémie mondiale, et la qualité de ce que nous avalons (en consommant local), est un plus certain pour notre santé, car les aliments sont bien meilleurs pour notre santé et plus sains (qualité, goût).

  • Comment la technologie SMS a fait évoluer les mentalités et aidé dans des étapes critiques.

SMS pour les téléenseignements, SMS pour la télémédecine, SMS pour rappel des Rendez-vous, Le SMS est devenu l’outil de presque première nécessité, tout le monde l’utilise directement ou indirectement. Comme c’est un canal sûr, rapide et sécurisé, son utilisation a fini par exploser, voyez les personnes âgées qui s’y sont mises, en plus de toute la jeunesse qui les utilisaient déjà à fond. Sa facilité d’utilisation, en font un outil apprécié de tous et utilisé par tous.

Nos autorités de tutelle, gouvernements ont soutenu ces avancées, et l’on peut affirmer que dans certains cas, la technologie permet de sauver des vies, car, le SMS vient en aide  très souvent aux professionnels de la santé. Cette pandémie, va laisser des traces psychologiques, économiques, les mentalités auront évolué par nécessité et il faudra des années pour s’en remettre, néanmoins les progrès réalisés en technologie, resteront un acquis à jamais.

Ne loupons pas la campagne de vaccination, car elle est à priori la seule porte de sortie qui nous reste, pour passer cette pandémie. Faisons les choses dans l’ordre et sans urgence, techniquement parlant nous en avons les moyens, et il faudra motiver tout le monde médical, (généralistes, pharmaciens, infirmiers, laboratoires, tout le monde est concerné, et il suffira de respecter l’ordre préconisé par les ARS, la Sécurité Sociale et les autorités de tutelle, qui se doivent de préparer une campagne sans faille.

Il faudra convoquer chaque personne, pour ne pas laisser des trous (la sécurité sociale, dispose de tous les téléphones portables des assurés, aussi il sera aisé de faire un simple sms pour positionner un rendez-vous, et un second pour rappeler le rendez-vous), la responsabilité de tous est engagée.

 Article fait, en Novembre 2020 par Antonio Rodriguez Directeur : http://www.clever-technologies.paris/

 

 

 

  

 

 

 

 .

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.