Climat-science
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juil. 2020

Climat-science
Abonné·e de Mediapart

comment une atmosphère froide peut réchauffer la surface de la Terre

un article du Dr Roy Spencer publié en anglais sur le site Watts Up With That le 22 juin 2020) Effet de serre : comment une atmosphère froide peut réchauffer la surface de la Terre

Climat-science
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Wayne Rowley m’a demandé d’expliquer comment une atmosphère froide peut réchauffer la surface de la Terre (ce qui est le cas dans la théorie du réchauffement climatique), une question qui m’a été posée à maintes reprises au cours des 20 dernières années et plus.
Tout d’abord, la température de toute chose dépend des taux de GAIN et de PERTE d’énergie. Lorsque ces deux taux sont égaux, la température reste la même ; s’ils sont inégaux, la température change.
Tout le monde sait que l’augmentation du taux de gain d’énergie augmente la température : par exemple, si vous augmentez la chaleur sous une casserole d’eau sur le poêle, ou si vous élevez le thermostat de votre maison en hiver. Mais vous pouvez aussi augmenter la température en réduisant le taux de perte d’énergie : mettez un couvercle sur la casserole d’eau tout en maintenant la flamme sous celle-ci constante, ajoutez de l’isolation aux murs d’une maison chauffée tout en maintenant le thermostat à la même température. Vous avez noté que dans ces exemples, le couvercle est « plus froid » que l’eau chauffée, et les murs (en hiver) sont plus froids que l’intérieur de la maison chauffée, mais ils peuvent rendre l’objet encore plus chaud.  

Comment cela s’applique-t-il au réchauffement climatique ? L’ajout de CO2 à l’atmosphère provenant de la combustion de combustibles fossiles augmente légèrement la capacité de l’atmosphère à maintenir la surface plus chaude en réduisant le taux de perte d’énergie par la surface. La question est de savoir de combien ? L’effet « direct » d’un doublement du CO2 atmosphérique est faible, environ 1°C degré seulement. Mais les changements indirects de l’atmosphère résultant de ce réchauffement direct (« rétroactions ») peuvent soit l’amplifier, soit le réduire. Je pense que ces rétroactions limiteront le réchauffement à un niveau bien inférieur à ce que prédisent les modélisateurs du climat.

Bilan énergétique de la Terre (Trenberth & al 2009)

Note du traducteur

On notera que Roy Spencer se montre moins alarmiste que le GIEC puisqu’il conclut son article en rappelant que d’une part l’effet direct d’un doublement du CO2 atmosphérique est faible (à peu près 1 degré Celsius seulement) et que d’autre part que « les rétroactions limiteront ce réchauffement à un niveau bien inférieur à ce que nous prédisent les modélisateurs du climat ». En revanche, Roy Spencer accompagne son article du diagramme ci-dessus (Trenberth & al)  qui illustre l’essentiel des théories soutenues par le GIEC sur l’effet de serre. Un tel diagramme  fait apparaître d’importants flux dits « radiatifs » qui sont invalidés par les lois de la thermo-dynamique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop