La qualité de l’air ne s’est pas améliorée pendant le confinement

Article initialement publié sur le site Mythes Mancies et Mathematiques sous le titre « De quoi qu’on a (eu) l’air ? » Voici le troisième et dernier article de cette série consacrée à la qualité de l’air en Ile-de-France au cours des sept premiers mois de l’année 2020

1/ Introduction.
Voici le troisième et dernier article de cette série consacrée à la qualité de l’air en Ile-de-France au cours des sept premiers mois de l’année 2020. Cette période a été marquée pendant huit semaines par une interruption quasi-totale des déplacements, connue sous le nom de « confinement ». Cette expérience en vraie grandeur est unique dans l’histoire récente : il faut remonter à l’Occupation pour trouver des photos d’une avenue des Champs-Elysées pratiquement déserte. Les précédents articles du 23 avril et du 16 juin comportaient les informations et les commentaires utiles à la compréhension des graphiques : on ne les reprendra pas ici. Les graphiques ont été mis à jour selon les bases de données d’Airparif.

image001

image002

image003

image004

image005

2/ Séries temporelles de concentrations journalières de polluants.
Les graphiques ont été établis pour la période du lundi 6 janvier au dimanche 26 juillet 2020 inclus, soit 10 semaines avant le confinement, 8 semaines de confinement et 11 semaines après. On a distingué les trois types traditionnels de stations de mesure : « trafic » en bordures de voies ou d’autoroutes urbaines, « fond » au sein de l’agglomération parisienne (Paris et banlieues), « rural » en zones non urbanisées. Les concentrations journalières sont les moyennes des concentrations horaires sur les 24 heures, exprimées en microgrammes par mètre cube.
Particules PM10 et PM 2,5.Dioxyde d’azote NO2.Ozone O3 (pas de station trafic).Stations de fond pour les trois polluants. Les stations de fond sont représentatives des zones où demeurent et travaillent les Franciliens.

image006

3/ Indice Citeair.
Sur ce graphique, la couleur caractérise le polluant dont le sous-indice a déterminé l’indice global, égal par définition au sous-indice le plus défavorable des trois polluants réglementés. Le sous-indice d’ozone (en bleu) a généralement été déterminant pendant et après le confinement. Rappelons que l’échelle des indices est conventionnelle et ne doit pas être confondue avec les concentrations exprimées en microgrammes/m3.

image007

4/ Récapitulation.
Ce tableau récapitule les concentrations moyennes observées pendant trois périodes caractéristiques de l’année 2020 : du 6 janvier au 16 mars ; du 17 mars au 10 mai (confinement) ; du 11 mai au 26 juillet (retour à la normale). Il est particulièrement intéressant, puisqu’il retrace l’exposition moyenne des Franciliens aux polluants présents dans l’air extérieur, ceci pendant des durées significatives. On voit qu’à la seule exception du NO2 aux stations trafic et dans une moindre mesure aux stations de fond, la période de confinement a connu les concentrations moyennes les plus élevées, ce qui est visuellement apparent sur les graphiques. Il en va de même pour l’indice moyen Citeair, quoique la pollution soit restée la plupart du temps dans la zone qualifiée « faible ».

image008

5/ Météorologie.
Conditions météorologiques relevées par Météo France pendant la période.Les trois semaines suivant le confinement ont connu un ensoleillement exceptionnel.

image009

6/ Mobilité.
Indice quotidien publié par Apple censé représenter la fréquentation des voies routières et des transports en commun. On voit la chute brutale résultant du confinement.

7/ Epilogue.
Tous les graphiques précédents sont inédits, mais les chiffres utilisés sont aisément accessibles et vérifiables. En entrant dans le détail, il est loisible à chacun d’en tirer ses propres conclusions.

En définitive, alors que la nation a été plongée dans la léthargie pendant deux mois, les conséquences sur la « qualité de l’air » – telle qu’elle est définie réglementairement – ont été pratiquement indiscernables pour dire le moins, et plutôt défavorables en moyenne. Voilà qui pourrait être l’occasion de quelques remises en question sur la validité des critères, la pertinence et l’efficacité des dispositifs réglementaires et autres considérations. Mais gageons que personne ne s’y hasardera, au risque d’ouvrir une brèche dans un système conceptuel patiemment édifié depuis des décennies.

 

 

31 juillet 2020 dans Pollutions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.