Lettre à Patrick Pelloux, après une nuit d'insomnie

Lettre à Patrick Pelloux

Très Cher Patrick

Cette nuit, ton chagrin m'empêche de dormir.On ne se connaît pas. De mon côté, je t'ai adopté comme ami lors de ta première intervention publique pour sauver les urgences hospitalières.Le ton grave et le regard rieur ont emporté définitivement ma sympathie pour cet homme à l'humanité vraie. Puis, divine surprise, j'ai découvert tes rubriques dans Charlie! Alors là, de définitive, ma sympathie s'est transformée en amitié infinie!

Ce préambule pour te dire combien ton chagrin au grand journal a donné toute son humanité à notre douleur sidérée, sidérante , impossible d'expression "normale"car trop mêlée à la colère.Patrick, tes larmes ont emporté les miennes et avec toi j'ai pleuré la perte de mes " amis" de Charlie. J'avais grande envie de te serrer dans mes bras.

Ta douleur d'ami, tes doutes de médecin, ton humanité toute simple, sans forfanterie m'ont révélé une certitude: C'est à travers toi que nos gaillards vont dorénavant s'exprimer. Oui, je l'ai "vu" déduit, compris, toutes les  cellules de ton corps, de ton cerveau se sont pliées, dépliées et tordues de douleur pour laisser un peu de place, en toi,  à tes amis, et ce jusqu'à la mort.

Aussi c'est à travers toi que je peux m'adresser à "mes"dessinateurs qui ont façonné, formaté, guidé ma jeunesse depuis mes 16 ans en 1967!

" Et bien mes salauds, vous n'auriez jamais imaginé une seconde qu'un jour, pour vous , le drapeau serait mis en berne, trois jours de deuil national, un président, un premier ministre, Obama himself! Cameron, j'en passe et des meilleurs,ont salué votre courage d'écriture et votre combat pour la liberté ! Je me marre! 

Le nombre de crocodiles, hélas , commencent à montrer le bout de leurs dents et j'ai peur que la belle unité ne se delete dimanche lors de la manif officielle. Imaginez une seconde: Hollande, Merkel, Renzi ,Cameron, Rajoy, Juncker d'autres qui fleurent bon la démocratie , la "vraie" ! Avez vous mériter ça? Je pose la question, c'est tout!

 Moi, la musique qui marche au pas ,cela ne me regarde pas, je suis de la mauvaise herbe , braves gens , braves gens ....

Voilà, vous êtes partis trop vite, on a pas eu le temps de vous dire au revoir, de vous dire merci et combien vous avez pétri et façonné  nos vie . Ce 07 janvier 2015 Volinsky et Cabu à vos âges! Encore au boulot!? Etait ce bien raisonnable? On peut le dire, vous êtes morts au combat, crayons à la main , bravo! Vous avez évité de vieillir en vieux cons! Et qui l'eut dit, tout vous prédestinait à mourrir couchés confortables, entourés de vos aimants et vous êtes morts debout, un honneur! C'est ma consolation. Pour Charb Honoré Maris et les autres, je n'ai pas de consolation, trop jeunes , trop vite, trop tôt, trop.....

Juste en passant, après avoir fait honneur aux 6000 vierges, passez un petit bonjour à Cavanna et Fred, ils me manquent.....

Par l'intermédiaire de  Patrick , donc, je vous dit au revoir  car je sais que je vous retrouverai à travers ses textes, ses prises de positions et ses yeux rieurs . On ne tue pas l'intelligence!"

Patrick, pardonne moi, tu es un merveilleux médium , pour dire à nos amis combien, déjà, ils nous manquent. 

Je, nous , tous t'accompagnons d'une belle et tendre amitié car tu possèdes à partir d'aujourd'hui, un trésor vivant à préserver. Tu en es le digne depositaire, même si les doutes et les moments d'abandon ne manqueront de pointer leurs museaux. Et le reste l'équipe n'est pas mal non plus, cela va sans dire!

Tu a été choisi, tu n'as pas le choix! 

Lève toi et marche!

Je t'embrasse

Charlie

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.