Mort aux gris!

 Comme souvent quand tous les bords commencent à tourner en rond sur un sujet (Traité de Lisbonne), l'actualité politique britannique se tourne vers les... écureuils. En effet, depuis de longues année les écureuils roux, natifs d'Albion, disparaissent, menacés par les gros écureuils gris, venus d'Amérique. Dès que le sujet est lancé, c'est à qui a fait tuer le plus d'écureuils gris dans sa circonscription, des appels à la vigilance de tous, des récits terrifiants d'attaques d'animaux domestiques par des bandes organisées d'écureuils gris...

 

wda0042l.jpg

Comme souvent quand tous les bords commencent à tourner en rond sur un sujet (Traité de Lisbonne), l'actualité politique britannique se tourne vers les... écureuils. En effet, depuis de longues année les écureuils roux, natifs d'Albion, disparaissent, menacés par les gros écureuils gris, venus d'Amérique. Dès que le sujet est lancé, c'est à qui a fait tuer le plus d'écureuils gris dans sa circonscription, des appels à la vigilance de tous, des récits terrifiants d'attaques d'animaux domestiques par des bandes organisées d'écureuils gris... Autrement dit, les écureuils gris ouvrent un espace inespéré à l'expression de la xénophobie la plus pure, l'exaltation du sang et de la terre nationale, et même la mise à exécution de plans d'éradications en masse de la race menaçante, et tout cela sans conséquences (du moins jusqu'à la mise en place d'un Tribunal Pénal International qui juge le libéral-démocrate Lord Redesdale pour crime contre l'écureuillité). Encore plus efficace que les immigrants polonais, donc, dont on peut dire tout le mal qu'on veut sans passer pour un raciste, et qui permet de parler de l'immigration des autres (des jamaicains, des pakistanais, cibles préférées des anglais jusqu'alors) sans avoir besoin de les nommer. Et qu'importe si la croissance économique du Royaume-Unis les 5 dernières années est en grande partie due à ces polonais, qui soit retournent rapidement en Pologne, soit s'installent définitivement, et que l'on commence déjà à regretter, maintenant que la Pologne s'est suffisament enrichie pour que Londres ne soit plus une destination aussi intéressante qu'avant. Et qu'importe si les écureuils roux ont disparu parce que la population les massacrait jusqu'aux années 1950, les considérant comme de la vermine et non comme un trésor national...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.