Cnemon
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 avr. 2011

Cnemon
Abonné·e de Mediapart

Police des trains

Il y longtemps que je n’étais pas venu. A cause du titre de mon blog peut-être, je n’arrive pas à trouver des bonheurs à intercaler entre les colères. Pour saisir la situation, il faut d’abord que je fasse un aveu: Cnémon est une dame d’un certain âge qui connaît rarement les affres des contrôles d’identité.

Cnemon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y longtemps que je n’étais pas venu. A cause du titre de mon blog peut-être, je n’arrive pas à trouver des bonheurs à intercaler entre les colères. Pour saisir la situation, il faut d’abord que je fasse un aveu: Cnémon est une dame d’un certain âge qui connaît rarement les affres des contrôles d’identité.

--------

Je suis une habituée du Métrolor, train que je prend depuis des années et où le voyage était d’un calme olympien jusqu’à ce que l’on se mêle d’assurer notre sécurité.

Ce soir, donc comme souvent, je téléphonais à la maison quand, à ma grande surprise le contrôleur est venu me dire qu’on ne pouvait que téléphoner des plateformes et pas depuis son siège. Il est vrai que, comme dans les trains grandes lignes, il y a un pictogramme qui recommande d’éviter, mais un accord tacite s’est instauré depuis longtemps entre les voyageurs dont aucun ne respecte cette règle dans les TER. Et d'habitude les contrôleurs ne disent rien non plus. Après son petit sermon le contrôleur s’est éloigné de moi et s’en est pris à un délinquant de beaucoup plus haut vol : un jeune homme qui avait acheté son billet mais avait oublié de le composter. Ce jeune homme a eu l’audace impardonnable de demander si on ne pouvait pas lui épargner l’amende. Il l’a fait de façon calme et courtoise et pourtant le contrôleur a dit: «bon et bien la police!». Entre temps nous arrivions et c’est sur le quai de la gare de Metz que cinq hommes dont quatre en uniforme avec matraque et revolver se sont emparés du criminel. Ils ont commencé à le palper à corps.

Moi je suis restée là, je pensais ne rien dire, juste une présence silencieuse pour être témoin. Mais ma présence les a gênés et ils ont commencé à me demander pourquoi je restais. Je leur ai dit que j’avais bien le droit d’être sur le quai de la gare. Et puis c’est vrai que la moutarde m’est juste un peu montée au nez et j’ai demandé au contrôleur qui était encore là s’il n’avait pas envisagé aussi d’appeler quatre policiers pour que je réponde du délit d’usage de téléphone mobile sur le siège d’un TER. Et là le policier m’a dit: «mais en effet, je vais verbaliser, donnez-moi votre carte d’identité». J’ai sorti la photocopie que je conserve pour ne pas perdre l’original et il a beaucoup glosé sur ma bêtise profonde. Je lui ai tout de même fait remarquer que le pictogramme du téléphone en sommeil, n’est qu’une recommandation et n’est accompagné d’aucune référence de loi d’interdiction ou de peine qu’encourrait un contrevenant et c’est là qu’il m’a superbement répondu mais «la loi c’est moi». Louis XIV en uniforme! Je lui ai fait remarquer que je croyais que nous étions encore en démocratie, même si je commençais à avoir des doutes.

D’un coup il a dû saisir que son procès-verbal j’allais l’arborer comme un trophée: «Usage du téléphone portable sur le siège d’un TER, suspicion de complicité avec un dangereux maniaque de l’oubli du composteur». Finalement le sketch s’est arrêté là.

Comparons les chiffres: d’un côté un instituteur pour 35 élèves en maternelle, de l’autre, outre un contrôleur bilieux, 5 flics dont quatre armés pour un billet pas composté.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn