La nouvelle université lorraine sera-t-elle laïque?

Cnémon s'était un peu endormi, mais quand on touche à laïcité, il se réveille. Surtout s'il s'agit d'alerter sur le danger de confessionnalisation des universités laïques de Nancy.

Peu de français savent que trois départements français ne sont pas sous le régime de la loi de 1905. Il s'agit des deux départements d'Alsace et celui de la Moselle. Ils sont soumis au fameux regime dit "du concordat" par lequel les prêtres sont payés par l'état ainsi que leur formation. L'académie de Strasbourg et totalement concordataire. En revanche, dans l'académie de Nancy-Metz, seul le département de la Moselle est concordataire. Dans ce cadre le séminaire de Metz est rattaché à l'université de Metz comme département de théologie catholique intégré à l'UFR de sciences humaines et arts.

Les autres départements lorrains sont soumis à la loi de 1905 qui ne reconnaît ni ne salarie aucun culte. Oui mais voilà, on est dans le grand mouvement de restructuration des universités. Ce qui est frappant c'est que dans les discussions qui préparent la fusion de toutes les universités lorraines la question n'est jamais abordée, sauf indirectement et en catimini. Par exemple le document préparatoire prend bien soin d'expliquer que toutes les UFR de sciences humaines de l'académie doivent fusionner sans étudier au cas par cas quel département sera inclus ou pas. Il est pécisé aussi que tous les directeurs des départements seront membre su conseil d'UFR. le directeur du séminaire aurait donc voix au chapitre pour les crédits des sociologues, les postes accordés aux historiens les axes de recherche etc...Le département de théologie n'est jamais nommé et bien peu de nancéens connaissent cette particularité messine et risquent de voter le texte sans savoir à quoi ils s'engagent.

Il est déjà scandaleux que cela se passe déjà maintenant à Metz et à Strasbourg. Mais il est insupportable que cela soit étendu à trois départements soumis à la loi de 1905 et cela sans le dire.

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.