Co Zannier
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 sept. 2014

"Pour les musulmans", Rencontre avec Edwy Plenel et Elias Sanbar à l'Institut du monde arabe

Co Zannier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Edgar Morin © cza
Elias Sanbar © cza
Edwy Plenel © cza
© cza

Jeudi 18 septembre 2014 à 18h30 avait lieu à l’auditorium de l’Institut du Monde Arabe une rencontre avec Edwy Plenel autour de la sortie de son dernier livre « Pour les musulmans ».

Un débat était organisé avec :
Edwy Plenel, écrivain, journaliste, co-fondateur du site d’information Médiapart,
Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine à l’UNESCO, historien, poète et essayiste,
Animé par Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis.

Sont également intervenus au cours de la soirée :
Tariq Ramadan, philosophe, islamologue, professeur et universitaire suisse,
Edgar Morin, sociologue et philosophe,
Dominique Vidal, journaliste spécialiste du Proche Orient, écrivain.

Beaucoup de monde avait fait le déplacement, et l’auditorium de 400 places a vite été rempli ; nombre de personnes déçues de ne pas pouvoir rentrer sont donc reparties ou ont tenté d’écouter les échanges retransmis par hauts parleurs devant l’auditorium.

L’objet du livre d’Edwy Plenel : cette islamophobie rampante, banalisée, qui s’est insinuée dans notre société et y prospère depuis des années, telle un cheval de Troie, dans les discours de philosophes, de journalistes, de politiques de droite comme de gauche, même si l’extrême droite a fait du sujet un de ses fonds de commerce de prédilection. Propos hier honteux, ils s’assument aujourd’hui de plus en plus ouvertement, ne laissant aucune chance à ceux qui en sont les victimes.
Qu’elle prenne la forme du racisme le plus assumé ou celle plus pernicieuse d’une laïcité intégriste, cette islamophobie est aussi dangereuse. Elle est responsable du rejet d’une partie importante de notre population, avec pour seul motif affiché son appartenance religieuse, et un amalgame entretenu entre arabe et musulman ; elle est facteur d’inégalités persistantes et injustifiées, d’exclusion. Le musulman réduit à une religion ; une religion réduite à l'intégrisme ou au terrorisme, à un "problème national". Caricatural et tragique !
Elle joue sur les mots cette islamophobie : que veut-on réellement atteindre ? Une intégration harmonieuse qui permet de vivre ensemble sur la base d’un socle de valeurs communes dans le respect de la diversité de tous, sorte d’échange gagnant-gagnant, ou bien l’assimilation aux relents de colonialisme, système dans lequel le nouvel arrivant doit oublier et renier sa culture, ses racines, ses valeurs, pour n’endosser que celles du pays de destination ?
L’islamophobie ne laisse aucune possibilité de s’en sortir à ses victimes, autre que le refuge dans la religion et le communautarisme … cercle vicieux, car l’islamophobie provoque ce qu’elle prétend combattre ! … et la stigmatisation immédiate autour de la question du port du foulard en est un exemple parfait !

Pour Elias Sanbar et Edwy Plenel, la laïcité sectaire brandie avec force pour justifier toutes les attaques contre la religion musulmane n’est pas un chemin de progrès. Loin s’en faut ! C’est juste un détournement honteux de cette valeur fondatrice de la République par des esprits racistes et xénophobes. Du reste ce n’est que quand on parle de l’islam que l’on oppose immédiatement les valeurs de laïcité de notre République !
Il est temps de se rappeler que nos similitudes d’êtres humains partageant le même destin national sont plus fortes et plus nombreuses que nos différences ! Il faut contester haut et fort cette obsession antireligieuse. Il faut accepter enfin de vivre ensemble tels que nous sommes, la foi de chacun n’étant pas un problème.

Pour Elias Sanbar, « nos racines sont ce que nous devenons » et non pas une charge immuable qui pèse sur nos épaules pour l’éternité, celle de l’histoire ancienne de nos familles, de nos origines, qui nous enchaine et nous empêche d’avancer, d’évoluer.
Nos identités, notre histoire commune sont en devenir, à co-construire dans la richesse et la diversité de nos cultures, de nos origines, de nos trajectoires de vie.
Avancer. Avancer ensemble. Tel est l’enjeu. Un enjeu de liberté.
Et nous devons prendre conscience que l’exclusion concerne tout le monde et doit être combattue avec force. C’est notre affaire à tous de lutter contre cette islamophobie qui pourrit le débat national et exclue.

Bref, "Pour les musulmans" d'Edwy Plenel, un petit livre utile et intelligent à lire d'urgence (Ed. la découverte,130 pages, 12 euros), pour déconstruire ce discours moisi sur la laïcité et faire cesser enfin cette islamophobie ambiante qui n'a aucune raison de perdurer et nous empêche de faire société avec une partie importante de nos concitoyens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale