2 Billets

0 Édition

Tribune 24 juin 2021

Au Sahel, il faut replacer la protection des civils au cœur de la réponse à la crise

Le Mali est à l’agenda du Conseil européen des 24 et 25 juin à Bruxelles après le deuxième coup d’État à Bamako et l’annonce par Emmanuel Macron d’une réorganisation de la présence française. À cette occasion, 24 organisations membres de la Coalition citoyenne pour le Sahel appellent les gouvernements à repenser leur réponse à la crise en Afrique de l’Ouest face à la recrudescence des attaques contre les populations civiles.

La Coalition citoyenne pour le Sahel, représentée par les organisations de la société civile sahélienne et internationale soussignées, est profondément préoccupée par la rapide dégradation de la situation dans la région du Sahel, marquée par une recrudescence des actes de violence contre les civils et par deux changements de pouvoir non constitutionnels en l’espace de quelques semaines au Tchad et au Mali.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté la multiplication des attaques de groupes armés, dont ceux dits de « djihadistes », contre les populations civiles dans la région des trois frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, qui ont fait plus de 500 morts depuis le début de l’année 2021. Nous nous inclinons devant la mémoire des 140 victimes des massacres de Solhan et de Tadaryat survenus les 4 et 5 juin 2021 au Burkina Faso. Nous rendons également hommage, notamment, aux plus des 300 civils, dont de nombreux enfants, femmes et personnes âgées, tués dans des attaques indiscriminées de grande ampleur contre leurs villages en janvier et en mars dans les régions de Tillabéri et de Tahoua, au Niger.

Ces tragiques événements démontrent une nouvelle fois que les gouvernements du Burkina Faso, du Mali et du Niger, notamment, éprouvent de réelles difficultés à assumer leur responsabilité de protéger leurs populations. L’annonce d’un « sursaut civil et politique » par les chefs d’État du G5Sahel et leurs partenaires internationaux lors d’un sommet à N’Djamena en février 2021 avait pourtant suscité une lueur d’espoir. Nous avions salué des engagements nouveaux des dirigeants de la région en matière de protection des civils, de respect des droits humains, de lutte contre l’impunité et de respect de l’État de droit. Depuis, nous avons malheureusement observé d’inquiétants reculs.

Deux des cinq pays du G5 Sahel ont connu, à quelques semaines d’écart, des coups d’État institutionnels, le Tchad en avril et le Mali en mai (le deuxième en neuf mois). L’indulgence dont ont fait preuve à cet égard l’Union africaine (au sujet du Tchad) et la CEDEAO (à propos de Mali), au mépris non seulement de leurs pratiques habituelles, mais surtout du respect des dispositions et des sanctions prévues par leurs textes et mécanismes, nous préoccupe profondément. Nous appelons les institutions africaines à faire preuve d’un leadership fondé sur le strict respect de l'État de droit et des principes de gouvernance démocratique.

Dans ce contexte, la décision du président français Emmanuel Macron de mettre fin à l’Opération Barkhane au Sahel, bien que son contenu reste à préciser, pourrait représenter une étape importante vers le changement d’approche que réclame la Coalition citoyenne pour le Sahel. C’est en effet pour nous la reconnaissance du constat établi dans notre rapport « Sahel : Ce qui doit changer » : la réponse principalement militaire, notamment l’approche contre-terroriste, ne permet pas de répondre de manière efficace à la crise multidimensionnelle que traverse le Sahel.

Nous demandons aux gouvernements des pays sahéliens de saisir cette occasion pour placer la protection des civils au cœur d’une approche renouvelée, en suivant les recommandations spécifiques, basées sur les indicateurs mesurables que nous avons présentés en avril 2021. Cela passe notamment par une tolérance zéro à l’égard des violations graves des droits humains commises dans la région, quels qu’en soient les auteurs.

A ce sujet, nous sommes profondément préoccupés par une disposition spécifique du statut des « Forces spéciales » nouvellement créées au Burkina Faso, qui prévoit qu’elles « ne peuvent être poursuivies pour des actes commis dans l’exercice de leurs fonctions ». Cette mesure contredit les propres engagements des chefs d’État de la région en matière de lutte contre l’impunité au sein de leurs forces armées. Aucune des forces de défense et de sécurité présentes au Sahel ne doit faire l’objet d’un statut spécifique qui les exonèrerait de leurs responsabilités en cas d’exaction. Pour nos organisations, la lutte contre l’impunité est un élément crucial pour stabiliser la région et restaurer la confiance des populations en l’État.

Enfin, l’annonce d’un reformatage de la présence française au Sahel présente une double opportunité pour les partenaires internationaux, d’une part celle de revisiter l’esprit qui sous-tend les relations de partenariat pour privilégier les attentes et priorités exprimées par les populations sahéliennes et,d’autre part, celle de procéder à une courageuse révision en profondeur de leurs interventions en réponse à la crise. Si cela devait simplement se traduire par le renforcement de la Task force européenne Takuba (à laquelle très peu d’États européens ont encore contribué) ou par l’extension du mandat de la mission de formation de l’Union européenne EUTM (dont les résultats sont limités à ce jour), avec pour seule priorité la conduite d’opérations contre-terroristes, ce serait une occasion manquée, aux dépens des communautés sahéliennes qui continuent à faire face à une insécurité croissante.

Les acteurs internationaux, dont la France, l’Union européenne et les États-Unis, doivent soutenir et accompagner les efforts en faveur d’une meilleure protection des civils et d’une lutte effective contre l’impunité afin de rendre justice aux innombrables victimes de ces violences. Ils doivent également user de leur influence auprès des gouvernements de la zone sahélo-sahélienne pour garantir le respect de l’État de droit et des principes de gouvernance transparente et démocratique.

Organisations signataires :

Organisations ouest-africaines

  1. African Security Sector Network (ASSN)

  2. AfrikaJom Center

  3. Association des Femmes Africaines pour la Recherche et le Développement (AFARD) - Mali

  4. Association des Juristes Maliennes - Mali

  5. Association Malienne des Droits de l’Homme – Mali

  6. Association Nigérienne pour la Défense des Droits de l'Homme (ANDDH)

  7. Association pour la Protection Féminine de Gaoua (APFG)

  8. Collectif contre l'impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) - Burkina Faso

  9. Institut Malien de Recherche Action pour la Paix (IMPRAP) - Mali

  10. Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP) - Burkina Faso

  11. Observatoire Kisal

  12. Organisation pour de Nouvelles Initiativesen Développement et Santé (ONIDS) - Burkina Faso

  13. Réseau de Réflexion Stratégique sur la Sécurité au Sahel (2r3s)

  14. Réseau Nigérien pour la gestion non violente des conflits (Réseau GENOVICO) - Niger

  15. Réseau Panafricain pour la Paix, la Démocratie, et le Développement (REPPAD) – Niger

  16. WATHI

  17. West Africa Network for Peacebuilding (WANEP) - Burkina Faso

Organisations Internationales

  1. CARE International

  2. CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

  3. Fédération internationale pour les droits humains (FIDH)

  4. Global Centre for the Responsibility to Protect (GCR2P)

  5. Médecins du Monde

  6. Oxfam International 
  7. Plan International

  8. Saferworld
  9. Search for Common Ground

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis