Codac Bourges
Le Codac lutte pour mettre fin à la situation d'extrême précarité des migrants, demandeurs d'asile, réfugiés et sans papiers.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2017

Adama Traoré, demandeur d'asile : expulsion imminente malgré son handicap

Mercredi 20 décembre, à 10 h 30, Adama Traoré a été arrêté au commissariat de Bourges pour être transféré dans un Centre de Rétention Administrative (malgré que cette pratique soit déclarée illégale) et sera expulsé jeudi matin vers l'Italie.

Codac Bourges
Le Codac lutte pour mettre fin à la situation d'extrême précarité des migrants, demandeurs d'asile, réfugiés et sans papiers.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes des habitant.e.s de Bourges et des alentours. Nous voulons alerter d'urgence l'opinion publique sur la situation dramatique que vit Adama Traoré, jeune Guinéen de 24 ans.

Arrivé à Bourges il y a peu, il vit au Prahda du Subdray (ancien hôtel reconverti en centre d'hébergement pour les demandeurs d'asile). Assigné à résidence, il signait tous les matins au commissariat de Bourges et a été arrêté ce mercredi pour être expulsé à partir de demain en Italie.

En effet, il est arrivé en Europe par ce pays, où il a été contraint de laisser ses empreintes, il est donc en procédure dite « Dublin » : on va le contraindre à retourner dans un pays – l'Italie – dans lequel il NE PEUT PAS vivre.

Pourquoi ? Parce qu'aux tragédies d’avoir dû fuir son pays dans des conditions épouvantables, s'ajoute pour lui un autre drame : il souffre depuis toujours d’un très sévère bégaiement neurologique de nature génétique évalué entre 8 et 9 sur une échelle de 1 à 10, concernant les répercutions de ce handicap.

Il est incapable de formuler des phrases et tente de se faire comprendre en griffonnant quelques mots. Il ne peut pas s'en sortir dans un pays non-francophone.

Sur prescription médicale, il bénéficiait depuis un mois de l’intervention d’une orthophoniste, déléguée départementale de l’association « Parole Bégaiement » et un dossier de reconnaissance de son handicap auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) est en cours de constitution.

Il commençait tout juste à reprendre espoir en la vie.

Les bégaiements sévères, s’ils prêtent encore à sourire, ne sont pas que cause d’isolement social : dans son état actuel, il lui sera impossible d’apprendre ne serait-ce qu’un peu d’Italien, de faire valoir ses droits à la demande d’asile ou même de se débrouiller au quotidien pour survivre en Italie. Et il n’aura aucun espoir d’améliorer sa situation, la rééducation orthophonique étant tout à fait impossible dans une langue inconnue.

Nous attirons l’attention sur la nature spécifique de ce handicap, qui ne peut être traité qu’en terrain francophone, et qui va condamner Adama Traoré, une fois en Italie, à une vie misérable et clandestine.

La Préfecture du Cher a fait arrêter Adama mercredi 20 décembre 2017 à 10 h 30, malgré une procédure en cours. Adama avait en effet introduit, par lettre recommandée, un recours gracieux il y a une semaine, où il demandait à Madame la Préfète de lui délivrer, comme elle en a le pouvoir, en vertu du principe de souveraineté et pour raison humanitaire, un titre de demandeur d'asile en procédure normale, aux vues de son état de santé. Recours auquel elle n'avait pas encore répondu.

Nous demandons à la Préfecture du Cher de stopper en urgence le transfert en cours et de placer Adama Traoré en procédure normale, comme elle en a le pouvoir, afin de lui permettre de poursuivre ses démarches.

Nous continuons la diffusion de la pétition lancée samedi en sa faveur et adressons à ce jour une lettre à la Préfecture ainsi qu'aux médias locaux, afin que le plus grand nombre soutienne ce jeune Guinéen.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin