Codac Bourges
Le Codac lutte pour mettre fin à la situation d'extrême précarité des migrants, demandeurs d'asile, réfugiés et sans papiers.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2017

Bourges : solidarité avec les migrants délogés, isolés, expulsés

Huit demandeurs d'asile ont été expulsés violemment de leur logement à Bourges par France Loire, bailleur dit "social", et la police nationale. En parallèle, 99 personnes sont entrées dans la machine à expulser mise en place par l'Etat nommée Prahda et installée dans l'ex-hôtel Formule 1 du Subdray. Mobilisons-nous.

Codac Bourges
Le Codac lutte pour mettre fin à la situation d'extrême précarité des migrants, demandeurs d'asile, réfugiés et sans papiers.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Huit personnes hébergées dans deux appartements occupés depuis début août par le Codac ont été expulsées à 6h du matin, vendredi 15 septembre, par France Loire, bailleur dit « social » et la police nationale. Ces huit demandeurs d'asile ont été conduit au commissariat où ils sont restés toute la matinée. Une femme enceinte et ses trois enfants scolarisés ont été pris en charge et logés dans un appartement à Bourges. Un hébergement en Prahda à Orléans a été proposé à deux personnes. Une personne a été envoyée en Centre de rétention administrative à Rennes puis libérée, mais sans solution de logement. Une dernière personne, blessée gravement à la main lors de l'intervention de la police, opérée à Tours le lendemain, est en hébergement d'urgence pour le moment. N'ayant aucune assurance sur le pérennité de ces quelques solutions d'hébergement et constatant tous les jours l'incapacité de l'Etat à loger les demandeurs d'asile qui se retrouvent alors à la rue ou hébergés chez des habitants de Bourges, nous continuerons de nous mobiliser malgré ces expulsions.
Nous tenons également à rendre visible le nouveau programme mis en place par l'Etat nommé Prahda, véritable dispositif visant à faciliter le renvoi des demandeurs d'asile vers leur pays d'entrée en Europe. L'une des succursales de cette machine à expulser a ouvert dans les bâtiments de l'ex-hôtel Formule 1 du Subdray près de Bourges. Aujourd'hui, 99 personnes y sont logées en attente de leurs expulsions sans aide juridique ni information sur leur situation. Ils sont isolés loin de la ville et pour certains sans aucune aide financière leur permettant de prendre le bus ou de subvenir à leurs besoins. Plusieurs d'entre eux sont assignés à résidence et doivent aller signer tous les jours au commissariat de Bourges en attendant le couperet du renvoi hors les frontières.
Nous appelons donc au soutien le plus large possible envers ces populations vulnérables, plus que jamais précarisées par les politiques actuelles. De nombreuses actions seront proposées par le Codac dans les jours à venir.
Ecrivez-nous à : codac18@netcourrier.com pour recevoir nos dernières informations.
Vous pouvez également aller sur la page Facebook du Codac.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart