Codac Bourges
Le Codac lutte pour mettre fin à la situation d'extrême précarité des migrants, demandeurs d'asile, réfugiés et sans papiers.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2017

Lettre des demandeurs d'asile du Prahda du Subdray à la préfète

Ils ont fui des violences et en subissent de nouvelles dans l'indifférence et l'isolement alors qu'ils cherchaient un refuge et la solidarité. Le 27 novembre, des demandeurs d'asile vivant dans des conditions déplorables près de Bourges, ont marché jusqu'à la Préfecture du Cher de leur propre initiative afin de remettre une lettre écrite collectivement à Catherine Ferrier, préfète du département.

Codac Bourges
Le Codac lutte pour mettre fin à la situation d'extrême précarité des migrants, demandeurs d'asile, réfugiés et sans papiers.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mme la Préfète,
Les migrations sont un phénomène que toutes les sociétés humaines ont expérimenté à un moment de leur histoire. Nous sommes poussés à émigrer à causes d’injustices, de conflits armés, d’arrestations arbitraires et de meurtres commis par des dictateurs dans nos pays d’origine.

Vous avez également pu vous rendre compte des séquestrations, de la torture et de l’esclavage subis par les réfugiés en Libye. Nous avons tous vu et vécu ces violences qui nous marquent encore.

Ce sont ces violences qui nous ont poussés à embarquer dans les « bateaux de la mort » dans l’espoir d’atteindre l’Europe par l’Italie. Arrivés là-bas, on nous a forcés à donner nos empreintes, sans jamais nous expliquer les conséquences liées à la procédure Dublin.

Ce fut un soulagement d’arriver en France, car c’est le pays des droits de l’homme, ainsi qu’une terre d’accueil.

Mais nous sommes choqués de constater le traitement qui nous est réservé, particulièrement au Prahda du Subdray. Nous avons le sentiment que nous ne sommes toujours pas reconnus comme réfugiés. On nous isole du reste de la société, comme des criminels qu’on voudrait punir.

Il semble que la région Centre soit un lieu de passage pour beaucoup de réfugiés, mais aussi l’un des endroits où le plus de demandeurs d’asile sont expulsés.

A cause de la situation au Prahda, nous souffrons de troubles psychologiques. Nous ne sommes pas non plus en mesure de nous faire soigner convenablement, alors que beaucoup portent les séquelles des tortures en Libye et ailleurs. Nous avons de grandes difficultés à nous nourrir. Nous sommes également privés d’informations primordiales, et nous ne bénéficions d’aucun accompagnement juridique, pourtant nécessaire pour nous défendre. Enfin, nous sommes privés de la possibilité d’apprendre le français, même pour ceux d’entre nous en procédure normale.

Jour après jour, des camarades sont assignés à résidence. Ils doivent alors aller pointer au commissariat de Bourges chaque matin, parfois jusqu’à 90 jours. Puis un jour, ils sont menottés et mis dans un avion contre leur gré. Ces avions les conduisent, pour la plupart, en Italie. Mais ce pays n’a rien à offrir aux réfugiés.

Les demandeurs d’asile y sont en effet abandonnés, se retrouvent sans logement ni moyen de se nourrir. Des articles de presse relatent comment des migrants africains y sont exploités dans les champs par des réseaux mafieux.

C’est également l’Italie qui verse de l’argent aux forces libyennes, selon les accords italo-libyens. Cet argent sert à empêcher les migrants de tenter de rejoindre l’Europe. Mais les camps de rétention libyens où se pratiquent l’esclavage, la torture et le meurtre ne sont pas sans rapport avec cette politique européenne.

La procédure Dublin est une loi injuste. Elle nous déshumanise et provoque de graves violences dans nos vies, à un moment où nous espérions trouver la paix. En tant que préfète, la possibilité vous est offerte de ne pas l’appliquer. Nous désirons tous pouvoir exercer notre demande d’asile en France selon la procédure « normale ». Nous souhaitons également que cessent dès à présent les assignations à résidence.

Nos vies sont entre vos mains.
Nous vous prions de croire, Madame la Préfète, en l'assurance de nos respectueuses salutations.

Les migrants dublinés du PRAHDA du Subdray et de Bourges

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles