Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

319 Billets

2 Éditions

Billet de blog 4 déc. 2020

Petite fille Documentaire de Sébastien Lifshitz (2020)

Un témoignage  " bouleversant"  sur la "dysphorie de genre"  ( fera-t-il "évoluer les mentalités" comme le souhaite Karine, la maman de Sasha? - cette "petite fille dans un corps de garçon" que Sébastien Lifshitz a filmée pendant un an )

Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une gamine essaye une robe à paillettes puis teste chapeaux et serre-tête ; dubitative elle murmure "peut-être" ; la même - écharpe rose, bonnet cloche, parka- joue avec ses parents ses frères et sœur à la « bataille de boules de neige » Ces deux mini séquences d’ouverture -alors que défile le générique-, encodent le film ?

 Film qui débute avec la consultation chez le médecin. Karine la mère, la voix brisée, implore de l’aide, elle se sent fautive. Sasha est une petite fille dans un corps de garçon. Le passé - marqué par la culpabilité de la mère, par la détresse de l’enfant- et surgissant dans son évidence, Sébastien Lifshitz le fait sien en l’incorporant dans un présent (Sasha a 8 ans ) qui deviendra prémices du futur (Karine le sait, elle imagine son enfant se débattre plus tard autant avec son  corps en pleine croissance qu’avec les regards et comportements réprobateurs d’un entourage malveillant)

 Le réalisateur qui aime capter les métamorphoses, les saisir dans l’instantanéité de la Douleur va non seulement mettre en scène un double combat (celui de la mère, celui de sa fille) contre les carcans imposés par les préjugés et les « codes », mais avec subtilité et délicatesse -sans que sa caméra soit intrusive- il filme à hauteur d’enfant une éclosion dont le « motif » du papillon serait la métaphore

Plus que le regard de l’autre, il privilégie les émotions éprouvées par Sasha en toute circonstance, émotions que l’on peut lire sur son visage (un regard comme hébété, des larmes trop longtemps retenues, des lèvres muettes qui disent pourtant l’indicible) émotions qui s’expriment aussi par et dans le langage de son corps (arabesques intermittentes et maladroites au cours de danse, bulles multicolores que le souffle de la bouche disperse dans l’espace, corps enroulé  dans la caresse maternelle, pas et tournoiements dans le vert du jardin, jusqu’à l’envol du ...« papillon »)

 Sébastien Lifshitz  donne la parole aux membres de la famille, à la mère surtout (plan fixe  face à la caméra) à des spécialistes (dont Anne Bargiacchi consultée à l’hôpital Robert Debré), tous bienveillants. En revanche les représentants de l’institution scolaire -lieu de socialisation mais pour Sasha domaine de l’opprobre ou du moins de l’incompréhension hypocrite - resteront  hors champ ; il en va de même avec la nouvelle professeure de danse -la scène d’exclusion rapportée par la mère, aura, par sa violence, figé Sasha dans le mutisme du trauma

 Comme dans Les Invisibles l’écran peut être envahi par des ciels tourmentés ou non, par des flots qui ondoient, par des panoramiques (cf la séquence au bord de mer quand Sasha étrenne son maillot deux-pièces)

 Un témoignage  " bouleversant"  sur la "dysphorie de genre"  ( fera-t-il "évoluer les mentalités" comme le souhaite Karine?)

Un film sur le mal-être

Une histoire de tolérance toute en sensibilité, en émotion contenue

 disponible en replay sur le site d'Arte.tv jusqu’au 30 janvier 2021

Documentaire de Sébastien Lifshitz 2020

avec Sasha,  Karine et toute la famille 

Présenté à la Berlinale en février 2020

A obtenu le grand prix au festival de Gand (24 octobre 2020)

Sasha, né garçon, se vit comme une petite fille depuis l’âge de 3 ans.  Le film suit sa vie au quotidien, pendant un an, le questionnement de ses parents, de ses frères et sœur, tout comme le combat incessant que sa famille doit mener pour faire comprendre sa différence. Courageuse et intraitable, Karine, la mère de Sasha, mène une lutte sans relâche portée par un amour inconditionnel pour son enfant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis