Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

324 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 avr. 2015

Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

Le plancher de Jeannot Ingrid Thobois (Buchet Chastel)

Colette Lallement-Duchoze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fiction librement inspirée de l'histoire du "Plancher de Jeannot".

 En s'emparant d'un fait réel, Ingrid Thobois va le transformer en chant funèbre, thrène des temps modernes. C’est la voix de Paule, la sœur de Jeannot, que le lecteur entend; une voix qui ressuscite, sans souci de chronologie mais tels qu'ils s'imposent à sa mémoire,  des fragments de vie destinés à enchanter par-delà la mort, le frère disparu. Elle l'apostrophe et lui dédie cette extase/lamento tout comme Jean avait gravé pour l’Eternité un Poème fait de révoltes et d'imprécations. Ainsi c'est par des mots simples, des évocations réalistes poétiques et parfois hallucinées, par des injonctions, qu'elle retrouve « son homme » ce frère "fracturé" par l'expérience de la guerre d'Algérie; des mots comme une longue épitaphe!

 La disposition typographique rappelle par moments celle de courtes strophes, et les blancs sont comme autant de soupirs. Et à l'instar de compositions musicales les "thèmes" sont annoncés dès "l'ouverture" puis seront repris amplifiés sous forme de "variations" (l'âge 33 ans, la fusion du trio – mère sœur frère-, le trauma de la guerre d'Algérie que métaphorise l'image du "sable", le dehors qui terrifie). Le rythme de la phrase peut s'accélérer (épousant les mouvements de la mère qui sarcle par exemple). Des  séquences plus amplement développées (avec restitution de dialogues) alternent avec des instantanés sous forme de flashs. En revisitant ce passé commun ou en questionnant le frère sur le trauma de la guerre, Paule recourt souvent à des formules euphémisantes: ("la mère dort" "elle te regarde t'effacer"...."tu t'endors ici , à l'endroit du silence. La  mort est certes matérialisée par les cercueils (celui de l'enfant mort-né, celui du père, celui de la mère, cf. aussi l'exergue emprunté à William Faulkner ) mais Paule préfère la parer des attributs de la Vie...; ou encore elle suggère plus qu'elle ne dévoile (au lecteur d'imaginer par exemple les efforts de Jeannot en train de graver sur les lattes de bois "ça a tapé gratté Tu frappes. Tu perfores. ")

 À plusieurs reprises Paule clame leur innocence « nous, Jean, Paule, sommes innocents » (tout comme Jeannot l'avait revendiqué). Folie de l’innocence ? innocence de la folie ?. Car quel serait le « crime » de ces jeunes personnes ? Avoir verrouillé la ferme contre toute intrusion extérieure ? Avoir laissé "dormir" la glousse -leur mère Joséphine - et continué à veiller sur elle ? Avoir supplié  Jeannot de "bâtir la cathédrale dont les dieux l'avaient chargé"? Le dehors… (mot isolé dans le texte) que métaphorise la fameuse Antenne, ce monstre maléfique, dévastateur pour les esprits. Elle avance, elle va percer les murs, elle va dépecer les esprits alors il faut se barricader; mais au fur et à mesure qu'elle s'approche, la ferme se rétrécit; Jeannot s’étiole; la glousse elle a déjà terriblement minci (30 puis 20 puis 10 kg puis plus rien ; difficile de la plier pour la placer dans le cercueil). Tout un champ lexical renvoie à l'enfermement, à ce cloisonnement qui affecte aussi l'esprit, la conscience (enclos de la tête, cloisons de nos têtes). Et dans le lieu clos où survit (?) le trio (authentique fusion dont témoigne le mini couplet Toi/Moi/ La glousse au coin du feu…) voici l’âtre, le cantou, et le fauteuil à bascule ; l’âtre censé diffuser la chaleur de la Vie, le fauteuil telle une pendule face à la mort, puis ultime et lent balancement pour l’Eternité

 La mémoire du frère ne sera pas altérée. Les traumas, les éboulis de la vie, (le mort-né, le départ de Simone, la guerre d'Algérie et surtout le bagne de Tinfouchy, la pendaison du père que la glousse continue à servir à table, la paranoïa), sont là sur les lèvres de Paule qui les "sublime". Avec Jean, écoutons cette voix presque heureuse chanter la douceur du Vivant, la folie du Vivant, l'amour fusionnel.

 A chaque fois que j'ai montré le plancher de Jeannot, j'ai vu les gens se taire et se figer comme dans une cathédrale" écrivait le Dr Guy Roux (cité en exergue)  La fiction d'Ingrid Thobois nous invite à écouter le chant de Paule qui résonne comme dans une Cathédrale...

PS Le plancher de Jeannot est exposé depuis 2007,  au 7 Rue Cabanis (Paris XIV°) à l'entrée de l'hôpital Sainte-Anne

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’Etat est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho