Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2011

Des rondelles de plastique sur les plages

Les Initiatives Océanes ont lieu traditionnellement le premier week-end de Printemps sur la côte basque. Cette année 2011, elles se déroulent du jeudi 24 au dimanche 27 mars. Opération emblématique de Surfrider Foundation Europe, il s'agit de sensibiliser à la problématique des déchets aquatiques couplées à une opération de nettoyage (plages, berges, fonds marins).

Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Initiatives Océanes ont lieu traditionnellement le premier week-end de Printemps sur la côte basque. Cette année 2011, elles se déroulent du jeudi 24 au dimanche 27 mars. Opération emblématique de Surfrider Foundation Europe, il s'agit de sensibiliser à la problématique des déchets aquatiques couplées à une opération de nettoyage (plages, berges, fonds marins). Depuis deux ans, les bénévoles des Initiatives Océanes font face à un déchet nouvelle vague, échoué sur les plages de la côte basque. Il s'agit d'une petite rondelle de plastique. "Un disque de 4 cm de diamètre, explique Stéphane Latxague, responsable de Surfrider, un modèle appelé Biochip et utilisé dans certaines stations d'épuration comme support de fixation pour des bactéries. Des medias filtrants qui arrivent par dizaine de milliers sur la côte basque, et par centaine de milliers sur la façade atlantique de la Galice à la Vendée."

"Tout a commencé, précise François Verdet (Surfrider), par une pollution recensée à Corbeil Essonnes, le 11 février 2010. Ce jour-là, le propriétaire d'une péniche découvre des milliers de "camemberts" en plastique dans la Seine. L'association Robin des bois porte plaine contre X devant le TGI d'Evry pour pollution des ressources aquatiques. La brigade de police a estimé à environ 500 à 800 m3 de ces disques partis dans la Seine."

L'équipe de Surfrider mène l'enquête et découvre que l'Amérique non plus n'est pas épargnée. Hasard du calendrier, la station d'épuration Hooksett, inaugurée en novembre 2010, dans le New Hampshire, laisse échapper 4 à 5 millions de disques Bioship dans la rivière Merrimack, le 6 mars de la même année. Le 30 mars 2010, dans le Connecticut, un million de disques similaires apparaît et, début mars 2011, la station d'épuration de Mamaroneck dans la région de New-York en perd également une quantité importante. Idem sur les plages de Cantabrie en Espagne. A noter également, le 15 février 2010, des pêcheurs d'anguilles qui en ramassent des milliers sur le fleuve Miño, situé à la frontière de l'Espagne et du Portugal.

De fait, les fleuves ou rivières drainent ces intrépides petites rondelles vers l'océan. "Au Pays basque, explique François Verdet, on sait dans quelle rivière cette pollution prend sa source. Il s'agit de l'Oria situé à Orio (Euskadi). A partir de là, les rondelles sont diffusées sur toute la façade Atlantique."

Une seule chose de sûre dans cette affaire. Il s'agit bien de medias filtrants, présentés sous la forme de petites roues remplies de matière servant à dépolluer. " Un comble!, s'exclame Stéphane Latxague. Les produits qui se trouvent à l'intérieur des roues sont destinés à dépolluer l'eau. En réalité, l'eau sort bien propre, mais avec les medias filtrants ! Un des nombreux paradoxe que produit notre société"

Reste à identifier où se trouve la faille chez les utilisateurs de ces medias filtrants. Qui sont ces utilisateurs? En général ce sont les stations d'épuration. Elles sont gérées par des personnes publiques, privées ou des collectivités. Ces matériaux peuvent être utilisés également à l'intérieur des bateaux. Opérations de ballastages, problèmes techniques ? Au Pays basque, d'après les enquêtes menées par Surfrider et une cellule de veille "Gardiens de la côte" émanant de la même entité, il semblerait que ce dysfonctionnement soit le fait d'entreprises privées. Ces pollutions auraient soit des origines accidentelles, soit des manquements liés au processus. Surfrider, pour l'heure, se garde bien de tirer de conclusions hâtives. " Nous avons rencontré les responsables des principales entreprises qui utilisent ce genre de matériau pour les mettre en garde, précise François Verdet. Notre but est d'informer le grand public de la manière la plus large possible afin qu'il fasse pression sur les entreprises et les collectivités. Nous avons besoin des témoignages de tous. Ceux qui le désirent peuvent se rendre sur le site surfrider.64 où ils trouveront toutes les informations nécessaires et pourront remplir une fiche de témoignage."

Pendant ce temps, les équipes de nettoyage des Initiatives Océanes continuent à ramasser à la pelle ces horribles petits camemberts.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte