Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 févr. 2011

Le sous-préfet arbitre les discussions entre les acteurs de la filière ovine

Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite au profond désaccord qui avaient opposé, le 9 février dernier (conf. article Médiapart "Bras de fer entre producteurs et industriels laitiers") les producteurs de lait de brebis aux industriels de la filière ovine des Pyrénées-Atlantiques, - un désaccord qui s'était traduit par la "séquestration" à Saint-Palais, durant la nuit du 8 au 9 février de cinq industriels -, les représentants de l'interprofessionnelle de la filière ovine se sont à nouveau réunis, lundi 28 février. Une réunion sous haute surveillance puisqu'elle s'est déroulée à la sous-préfecture de Bayonne en présence du sous-préfet.

Rappelons pour mémoire qu'un million et demi de litres de lait de brebis reste sans preneur sur cette zone alors que, dans le même temps, 7 millions de litres de lait sont importés du Tarn, de l'Aveyron et de l'Espagne. Le bras de fer du 9 février s'était soldé par un échec. Les producteurs demandaient un arrêt de la collecte locale de lait de brebis le 20 juillet. Les producteurs, pour leur part, souhaitaient qu'elle se poursuive jusqu'au 31 août, date effective de l'arrêt de cette collecte. " Dans ce laps de temps, expliquent les représentants des producteurs du syndicat ELB, les industriels importent du lait de brebis, 30 % moins cher que le nôtre."

Il s'agissait du premier point d'achoppement sur lequel l'arbitrage du sous-préfet était demandé. " Il faut que ce problème de lait sans preneur, argumentaient les producteurs, soit résolu aujourd'hui de façon acceptable et responsable. Si les producteurs venaient à accepter un arrêt précoce de la collecte, il n'est évidemment pas concevable que les laiteries continuent à fabriquer du fromage avec du lait importé et ce, jusqu'à ce que la nouvelle campagne commence. Nous demandons que pas un seul litre de lait de la zone AOC ne soit remplacé par du lait importé."

Deuxième point d'achoppement, l'accord interprofessionnel émis à l'issue de la confrontation 9 février, donnant obligation aux laiteries de s'approvisionner prioritairement en lait local. Les producteurs demandaient qu'un avis d'extension avalise cette obligation.

Transparence

La dernière revendication, émanant des producteurs, concernait le contrôle de la production, de la transformation et de la commercialisation de l'industrie fromagère des Pyrénées-Atlantiques. " Si aujourd'hui nous jouons le je jeu de la transparence, plaidaient les producteurs, il n'en est pas de même pour les transformateurs. Cette situation déséquilibre encore plus le rapport de force en faveur des laiteries qui s'appuient sur des chiffres et des argumentaires invérifiables pour les producteurs."

Au final, vers 20 h 30, lundi 28 février, les représentants des industriels, des producteurs et des syndicats ont signé un accord. La revendication portée principalement par le syndicat ELB, à savoir de poursuivre la collecte locale de lait de brebis jusqu'au 31 août, n'a pas été retenue. La collecte sera arrêtée au 20 juillet. Devant la sous-préfecture de Bayonne, environ soixante producteurs appartenant principalement au syndicat ELB manifestaient leur mécontentement, brandissant des banderoles portant l'inscription "Arrêt des importations / Kanpora esnerik ez".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann