Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 avr. 2011

Entre 2000 à 3000 manifestants pour les écoles basques

Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samedi 30 avril, à 17 h, à Bayonne, plus de 2000 manifestants selon la sous-préfecture et 3000 selon les organisateurs, ont manifesté, dans une ambiance bon enfant, contre le manque de moyens donnés par l'Education nationale à la filière privée d'enseignement en immersion de la langue basque.

A l'appel de Seaska, la Fédération des écoles basque, les manifestants ont défilé dans le pus grand calme du centre ville à la sous-préfecture de Bayonne. Seaska compte 2800 élèves, du primaire au secondaire, répartis dans 29 ikastola (écoles) au Pays basque français. A la rentrée 2011, Seaska en attend 140 de plus en primaire. Preuve en est d'une forte progression de la demande pour cette filière d'enseignement en immersion. Là où le bât blesse c'est que le rectorat a fait part de sa décision à Seaska d'accompagner l'inscription de ces 140 élèves supplémentaires par la création de 3 postes en euskara (langue basque). " Ce qui se traduit, a expliqué Hur Gorostiaga,directeur de la Fédération, par une moyenne de 47 élèves par enseignants."

Face à ce constat, Seaska doit prendre en charge les postes d'enseignants. " 17 postes cette année contre 11 l'an dernier, précise Hur Gorostiaga, et 22 à la rentrée prochaine, c'est-à-dire cinq postes en plus."

Engagements non tenus

La colère est vive chez les parents d'élèves d'autant qu'en juin 2009, une délégation de l'Office public de la langue basque et de Seaska, avait été reçue au ministère de l'Education nationale à Paris, avec à l'appui, un accord de renforcement et d'accompagnement des nouvelles inscriptions. L'heure est grave pour Seaska qui accuse un prévisionnel négatif de 60 000 euros et craint avec ces postes supplémentaires de devoir financer un déficit d'environ 200 000 euros. Sans compter le manque de moyens que la Fédération à également à souffrir pour pallier au manque de moyens concernant le personnel accompagnant les enfants souffrant d'un handicap. Une délégation regroupant les parents d'élèves de ces enfants déficients étaient aussi présente lors de la manifestation.

Double mission

"Ces dernières années, a déclaré Paxkal Indo, président de la Fédération, à l'issue de la manifestation, nous connaissons une progression de 150 à 200 élèves par an. Bientôt nous atteindrons les 3000 élèves. Seaska est devenue une institution. Les ikastola sont une filière à part entière aux côtés des écoles privées et publiques. Pourquoi tant de belles paroles, pourquoi inscrire nos langues dans la Constitution, si après on nous refuse les conditions minimum pour son développement? Pourquoi tant d'obstacles juridiques pour aider la construction de nouvelles ikastola ou financer leur fonctionnement, et pourquoi ne pas respecter la loi quant il s'agit de l'intégration des enfants porteurs d'un handicap, ou pourquoi ne pas respecter le droit du travail en ce qui concerne les enseignants suppléants?"

Une manifestation conclue en ces termes par le président : " L'Education nationale doit garantir notre libre choix et reconnaître notre double mission : celle de l'Education et de la transmission de la langue basque."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau