Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mai 2011

A Bayonne les indignés ne seront pas expulsés

C'est une décision qui risque de faire jurisprudence.

Colette Larraburu
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est une décision qui risque de faire jurisprudence. Ce mardi 31 mai, le tribunal administratif de Pau a rejeté la requête déposée en référé par la ville de Bayonne pour demander l'expulsion à titre préventif d'un campement d'une centaine d'indignés qui ont investi, depuis mercredi dernier, le quai Chaho, espace public, situé au centre de la vieille ville. Un campement qui comprend une trentaine de tentes plantées autour d'une yourte collective.

Les indignés bayonnais ont appris la volonté du maire de les expulser, lundi 30 mai, dans la matinée. Deux policiers municipaux sont venus leur apporter une lettre de convocation à comparaître devant le tribunal administratif de Pau. Au motif suivant : " il s'agit d'un campement protestataire, qui, selon, Jean Grenet, député-maire de Bayonne, s'il se développe, est de nature à troubler l'ordre public (..) le site est au bord de la Nive dans l'emprise d'un secteur sauvegardé (...) et cette occupation porte donc atteinte à l'intégrité et à la conservation du domaine public."

Inutile de dire que cette convocation devant la justice n'a fait qu'attiser la révolte pourtant pacifique et très respectueuse du lieu investi par ces indignés. Selon Jonathan, responsable presse pour l'occasion et Jean-Noël Txetx Etcheverry, porte-parole des indignés : "nous veillons à la propreté du site avec mise en place de toilettes sèches, douche solaire, nettoyages quotidiens ... (...) de même l'alcool et la drogue sont interdits sur le campement." Dans le même ordre d'idée, des voisins du site ont témoigné spontanément sur la bonne tenue de ce campement.

Dans l'urgence, hier matin, les indignés ont dû chercher un avocat qui veuille bien accepter de les défendre à titre gracieux. C'est Maître Jean-François Blanco qui a accepté de le faire.

Jurisprudence

Ce matin, mardi 31 mai, à 10 h, le tribunal de Pau a rejeté la demande d'expulsion, considérant que " la commune de Bayonne n'établissait pas, sur le plan de l'hygiène et de la santé publique, que des nuisances seraient provoquées par l'occupation qui est faite de l'espace litigieux." Tout en reconnaissant le caractère "rudimentaire" des mesures d'hygiène prévues sur le campement.

Au sortir de l'audience, Maître Jean-François Blanco a qualifié cette décision " d'excellente. Elle risque de faire jurisprudence. La motivation de la ville de Bayonne était d'empêcher le développement de ce mouvement contestataire. J'ai plaidé contre cet acte de censure qui bafoue la liberté d'expression et de manifestation."

Du côté des indignés, l'annonce du rejet de la demande d'expulsion a provoqué une explosion de joie avec des applaudissements nourris au son du chant-hymme des indignés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B