Derrière l'élan de solidarité envers les réfugiés, la vraie question des lois et codes migratoires en France

Bon, ça fait vraiment chaud au cœur de voir les médias, la population, ENFIN se mobiliser massivement pour soutenir les réfugiés (checkez agirpourlesrefugies.fr). Par contre il me semble nécessaire de rappeler quelques informations, pour ceusses qui prendraient le train en route et ne suivent pas ces questions depuis longtemps.

Bon, ça fait vraiment chaud au cœur de voir les médias, la population, ENFIN se mobiliser massivement pour soutenir les réfugiés (checkez agirpourlesrefugies.fr). Par contre il me semble nécessaire de rappeler quelques informations, pour ceusses qui prendraient le train en route et ne suivent pas ces questions depuis longtemps.


Les Syrien.ne.s quittent la Syrie depuis le début de la guerre, et l'UE choisit délibérément de ne pas les accueillir (pour rappel l'infographie des Verts au parlement européen qui date de 2013 http://greenmediabox.eu/syrianrefugees/). Depuis des années des lois sur l'accueil des étrangers sont votées en moyenne tous les 2/3 ans (1993 lois Pasqua, 1997 loi Debré -non abrogée par Jospin- , réforme du code CESEDA en 2006, années Sarkozy pour poser quelques jalons), visant à chaque fois à durcir les conditions d'entrée et à militariser les frontières de l'espace Shengen. Flippés par le niveau de racisme (réel ou supposé) des Français.es, les gouvernements de droite successifs s'agitent, donnent des coups de menton pour assurer à la population qu'elle a raison d'être xénophobe et que les migrations sont un phénomène néfaste et illégitime.


La question du statut potentiel des migrant.e.s (demandeur d'asile, étranger légal, étranger sans-papier) est un sujet délicat. Je vous invite à vous renseigner notamment via les publications de la Cimade par exemple (http://www.lacimade.org/) pour avoir accès à quelques explications sur les migrations. Ce qui se passe aujourd'hui avec les réfugié.e.s Syrien.ne.s (mais aussi Soudanais.e.s, Erythréen.ne.s...) est en fait la conséquence du refus de l'Union Européenne et de ses États membres (dont la France en bonne place) de respecter leurs obligations légales internationales concernant le droit d'asile (http://www.unhcr.fr/pages/4aae621e11f.html). Il est vrai que de nombreux étrangers cherchent à tout prix à obtenir le sésame que représente le statut de réfugié auprès de l'OFPRA sans pouvoir être légalement qualifiés de réfugiés. Mais c'est la conséquence nécessaire de la paranoïa occidentale vis-à-vis de la migration internationale des populations non blanches/riches ("Nous" les Européens nationaux avons le droit de nous déplacer comme bon nous semble, souvent sans même avoir besoin de passeport, et nous tenons beaucoup à ce droit: http://cdn.static-economist.com/sites/default/files/imagecache/original-size/images/print-edition/20150905_EUC631.png). La réponse ne devrait évidemment pas être, comme c'est le cas aujourd'hui de criminaliser a priori les demandeurs d'asile, mais bien d'ouvrir des opportunités d'immigration légale.

Ce petit billet pour partager avec vous deux éléments importants:
1. J'ai très très peur que cet élan soudain de solidarité vis-à-vis des petits enfants morts Syriens (soit: réfugiés) ne conduise à invisibiliser les violences que l’État applique systématiquement aux étrangers/ères de tout statut: légal, sans-papier, demandeurE d'asile, réfugiéE etc. On en voit l'exemple en ce moment même où le PS se mobilise pour l'accueil des "réfugiés" syriens, pendant que ses élus envoient la police harceler les "migrants" de la Chapelle (samedi dernier encore, sur le parvis de la Mairie du 18e arrdt de Paris).

2. Il ne faut bien prendre conscience que les migrations sont amenées à se développer du fait des changements climatiques, les migrants ("réfugiés" ou non) font partie des populations les plus vulnérables aux dégradations environnementales. Il est crucial que le mouvement pour la justice climatique qui commence à frémir à l'occasion de la COP se saisisse de cet enjeu et fasse toute place aux mobilisations de soutien avec les étrangers en mouvement (pour simplifier) lors de ses actions (et ça commence: http://cispm.org/).

PS: Désolé, tout n'est pas féminisé dans le post mais il faut bien lire ce texte comme s'appliquant autant aux étranger/migrants/réfugiés etc qu'aux étrangères/migrantes/réfugiées

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.