Collectif-Apprendre-Ensemble
Nous sommes des parents d'élèves parisiens réunis en collectif depuis 2015 pour agir contre la ségrégation sociale et scolaire & pour la réussite de tous les enfants.
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2021

Le «séparatisme», ça commence à l’école. Pour mettre fin à la ségrégation scolaire

Alors que chaque attentat est l'occasion de grands discours pour «mettre fin à la ghettoïsation», l'école est systématiquement tenue à l'écart de la problématique. Or une réelle égalité des chances est la clé d'une société plus inclusive et tolérante. Cela doit passer par une école où tous les enfants de la République apprennent ensemble. C’est pourquoi nous proposons un amendement pour lutter contre la ségrégation scolaire dans le cadre du projet de loi confortant le respect des principes de la République.

Collectif-Apprendre-Ensemble
Nous sommes des parents d'élèves parisiens réunis en collectif depuis 2015 pour agir contre la ségrégation sociale et scolaire & pour la réussite de tous les enfants.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si après chaque événement tragique, chaque attentat, on entend de grands discours, plein de bonnes intentions pour "mettre fin à la ghettoïsation" “en finir avec les séparatismes", l'école est systématiquement tenue à l'écart de la problématique dans chaque projet de loi ou décision politique nationale forte, au nom de la “liberté de choix".

Cependant, nous savons qu'une réelle égalité des chances est la clé d'une société plus inclusive, citoyenne et tolérante demain, et que cela doit passer par une école où tous les enfants de la République apprennent ensemble. 

Si tout le monde s'accorde aujourd'hui à dire qu’il faut faire de l'école un lieu où la promesse républicaine ne serait pas vaine, les initiatives locales ou les expérimentations - même menées avec succès - s'essoufflent avec le temps ou souffrent d’enjeux électoraux.

Cet élan ne peut plus reposer uniquement sur des parents convaincus ou des élus locaux courageux : il faut que l'État français joue pleinement son rôle pour faire vivre la devise “Liberté, Égalité, Fraternité” apposée sur le fronton de ses écoles.
Pour qu’en France, le libre choix des uns ne soit plus synonyme de ségrégation sociale et scolaire pour les autres.

Qui sommes-nous ?

Nous sommes des parents d'élèves réunis au sein d’une association non-partisane, le Collectif Apprendre Ensemble, né dans le 18e  arrondissement de Paris. Nous luttons contre la ségrégation sociale et scolaire depuis 2015, aux côtés des parents, des citoyens, des élus,
des pouvoirs publics.

Nous expliquons aux parents que s’ils inscrivent tous leurs enfants dans les écoles ou collèges publics de leur quartier, ce ne sera plus le ghetto qu'ils y voient, nous parlons sectorisation, affectation ou implantations d'options au collège avec les personnes en charge de ces dossiers : ce sont nos actions régulières.

Mais aujourd'hui nous voulons aller plus loin et prendre part au débat national : nous proposons donc un amendement pour lutter contre le séparatisme scolaire dans le cadre du projet de loi confortant le respect des principes de la République.

Pourquoi dans ce projet de loi ?

Les ségrégations sociale, religieuse, ethnoculturelle et de niveau scolaire, trop longtemps tolérées dans les établissements scolaires, ont des conséquences néfastes à la fois pour la cohésion sociale et la réussite de tous les enfants.

À la racine de tous les séparatismes se trouve en effet celui qui règne à l'école - devenue un véritable marché - où les plus fortunés et les mieux informés se retrouvent dans les établissements les plus côtés et où les plus défavorisés subissent cet “entre-soi” non choisi. 

Ce séparatisme à l'école, s’il peut s'organiser selon des critères religieux, est avant tout celui des plus favorisés.

C’est pourquoi, le projet de loi confortant le respect des principes de la République, qui souhaite s’attaquer à ces séparatismes, est le cadre idéal pour proposer des mesures afin de lutter contre les ségrégations scolaires et sociales. 

Nous proposons donc un ensemble de mesures à inscrire dans un amendement à cette loi et demandons à des élus de tous les partis, hors de tout clivage, de le porter et le défendre à l'assemblée nationale.

En effet, si nos dirigeants sont rares à avoir étudié dans des établissements défavorisés, ou à avoir scolarisé leurs enfants en REP ou REP+ (alors que ces établissements accueillent près de 20% des enfants de la République), nous espérons que tous, soucieux du bien commun et de l'avenir des générations futures, prendront la mesure de la gravité de la situation actuelle et sauront dépasser les intérêts partisans.

Quels sont les leviers sur lesquels agir ?

La ségrégation étant particulièrement marquée dans les métropoles, nous proposons d'agir dans un premier temps à ce niveau en mettant en application l'objectif de mixité mentionné depuis 2013 dans le code de l'Éducation.

Pour cela, nous proposons d'agir à différents niveaux : la sectorisation des établissements, l'affectation des élèves dans le public et le privé sous contrat et la lutte contre le contournement scolaire via une meilleure répartition des options attractives entre établissements et par un renforcement du contrôle de la domiciliation des familles.

C'est à l'État de garantir que la composition des niveaux sociaux et scolaires des élèves d'un établissement ne puisse pas s’éloigner de la moyenne du territoire dans lequel il s'insère : ville et arrondissement dans les métropoles, académie dans les territoires moins dense. Il
faut que cet objectif soit inscrit en toutes lettres dans la loi.  Il est également nécessaire de réorganiser les processus d’affectation et de sectorisation. Il est temps que l’affectation des élèves dans tous les établissements recevant un financement de l’État revienne à ce dernier. Et il faut aussi donner à l’État la possibilité de sanctionner et de reprendre la main sur la sectorisation - déléguée aux collectivités qui connaissent bien leur territoire - si rien n’est fait pour équilibrer la composition des différents secteurs, comme la loi ANRU le permet dans le cadre du logement social.  

Notre proposition d'amendement au projet de loi «confortant les principes de la République» a été transmise à des député.e.s et sénateurs.trices. auxquelles nous lançons cet appel : nous comptons sur vous, nos enfants comptent sur vous, la France a besoin d’en finir avec la ségrégation scolaire !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux