1 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2021

Le droit à l'avortement est un droit fondamental

Alors que l'Assemblée nationale examine ce lundi 29 novembre une proposition de loi allongeant le délai de l'IVG de 12 à 14 semaines, notre collectif demande l’alignement des délais d’avortement sur ceux des pays les plus progressistes d’Europe. Toute femme demandant à interrompre sa grossesse doit trouver une solution en France. Il faut que le Parlement prenne ses responsabilités face à ce droit fondamental que constitue l'avortement pour les femmes. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Enfin de nombreuses  femmes obligées d'aller à l'étranger chaque année pour avorter vont peut être pouvoir le faire en France !

Et pourtant on revient de loin : la proposition de loi de la députée Albane Gaillot, qui se propose d'allonger les délais de l'IVG, a été votée le 8 octobre 2020 en première lecture à l'Assemblée.

Le Sénat ne l'a même pas examinée car les Républicains ont déposé une motion de « question préalable ».

La seconde lecture à l'Assemblée fut impossible  car des élus Républicains ont empêché tout examen de cette proposition de loi en déposant quatre cent amendements  qui ne pouvaient matériellement pas être discutés dans le temps imparti.

La solution aurait été que le gouvernement reprenne à son compte cette proposition de loi en la transformant en projet de loi, ce qu'il n'a pas fait.

Très récemment cette proposition de loi a enfin été soutenue par le président du groupe LREM  à l'Assemblée malgré les déclarations défavorables du Président de la République, et va enfin pouvoir être discutée.

Ce texte, dont l'adoption constituera un progrès, contient néanmoins des propositions insuffisantes pour le collectif unitaire « Avortement en Europe les femmes décident » :

   - les femmes demandant une interruption de grossesse au-delà de 14 semaines de grossesse/16 semaines d’aménorrhée resteront hors délais et continueront à subir l’inégalité d’accès aux soins : les unes auront les possibilités financières et administratives de voyager pour avorter en sécurité, les autres seront dans la clandestinité. C’est une profonde injustice sociale.

Nous demandons l’alignement des délais d’avortement sur ceux des pays les plus progressistes d’Europe. Toute femme demandant à interrompre sa grossesse doit trouver une solution en France.

 - les sages-femmes, dorénavant, pourront pratiquer des IVG instrumentales jusqu’à 10 semaines de grossesse/12 semaines d’aménorrhée. Cette restriction par rapport aux médecins (14/16) les désignent comme des sous médecins, limitées dans la réalisation d’actes compatibles avec toutes leurs compétences, marquant à nouveau le pouvoir médical. Leur donner cette possibilité de pratiquer les avortements instrumentaux jusqu'à 14 semaines permettrait d’améliorer l’accès aux différentes  méthodes d’IVG,  augmentant ainsi le nombre de praticien.ne.s.

Rappelons que les sages-femmes pratiquent déjà les avortements des fœtus morts in utero, les interruptions médicales/thérapeutiques de grossesse, sans limite de terme.

En revanche, le Collectif « Avortement en Europe les femmes décident »  soutient la suppression de la double clause de conscience inscrite dans la proposition de loi d'Albane Gaillot. En effet, une clause de conscience spécifique à l’IVG, ouverte aux médecins, a été introduite dès la loi de 1975. Cette clause de conscience est redondante au regard de la clause générale de l’article 47 du code de déontologie : tout médecin est en droit de refuser de pratiquer certains actes ; il doit en informer le ou la patiente et l’orienter vers une ou un autre praticien.  Elle s’applique également aux sages-femmes.

Des pays comme la Suède appliquent un droit à l’avortement sans clause de conscience. Tout professionnel en gynécologie s’engage à participer à l’ensemble des soins liés à la spécialité. Cette double clause de conscience vient stigmatiser l’IVG. Sa suppression, votée en première lecture à l'Assemblée Nationale, est nécessaire pour tou.te.s les praticien.ne.s.

La proposition de loi doit désormais être discutée  à l’Assemblée en deuxième lecture le 29 novembre puis poursuivra la navette parlementaire .

Le Collectif reste mobilisé afin que le Parlement prenne enfin ses responsabilités face à ce droit fondamental que constitue l'avortement pour les femmes.

Le Collectif « Avortement en Europe, les femmes décident ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal