Collectif CAMédia
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 mars 2011

Un an après, CAMédia : qui sommes nous ?

Collectif CAMédia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Au moment d’aborder l’assemblée générale 2011, il nous paraît utile de faire le point sur notre activité tout au long de l’année 2010 et de réinterroger les raisons que nous avons eues, il y a un an, de créer cette association.

Ces mêmes raisons sont-elles encore d’actualité aujourd’hui? De nouvelles raisons de continuer sont-elles apparues ? Quel bilan faisons nous de notre activité associative ? Ce sont toutes ces questions que nous avons envie de partager avec vous avant de vous inviter à venir nous rejoindre.

Nous avons créé CAMédia (collectif d’abonnés de Médiapart)le 20 février 2010 pour impulser et fédérer des initiatives individuelles ou collectives visant à faire connaître Médiapart et à dialoguer de manière constructive avec lui.

Nos opinions, nos centres d’intérêt et nos engagements personnels sont très divers et chacun les assume individuellement. En tant que collectif, nous sommes indépendants des partis politiques, syndicats, courants philosophiques et religieux, ce que nous précisons dans notre charte.

Dans le respect de leur diversité, les adhérents se retrouvent pour élaborer et adopter des projets communs. Nous construisons CAMédia autour d’initiatives locales ou nationales.

Notre objectif est de développer un réseau de lecteurs participant au développement de Médiapart, facteur important de la réussite du journal, sans limiter pour autant le regard critique des adhérents. Ce réseau peut faciliter les rapports entre lecteurs et journalistes, instaurer entre lecteurs des liens complémentaires à ceux du club. La seule communauté de lecteurs sur internet nous paraît insuffisante. Nous voulons créer une communauté de lecteurs actifs physiquement et localement.

La qualité du journal jamais démentie, son rôle manifeste dans la révélation de «l’affaire Bettencourt », entre autres, ont montré toute l’importance d’une presse indépendante dans la vie démocratique de notre pays. Attaqué violemment par un pouvoir aux aguets, il doit pouvoir dialoguer avec des lecteurs actifs,critiques, qui deviennent des forces de propositions.

Aujourd’hui nous existons et avons organisé avec succès quelques manifestations. Mais nous ne sommes que l’embryon du réseau de lecteurs actifs que nous voulons créer. Nous avons doublé le nombre de nos adhérents, passant de vingt à quarante. Notre implantation est faible, significative seulement dans le Sud-Est , à Reims et dans la région parisienne.

Ce que l’association a fait pendant sa première année d’existence :

• Une édition participative CAMédia, dans le club de Médiapart, pour publier nos actions et nos réflexions.

• Deux conférences débats avec la ‘commune libre d’Aligre’ à Paris dans le 12ème.

• Les « Rencontres avec Médiapart » à Buoux en septembre 2010, auxquelles ont participé 150 personnes : conférences de Laurent Mauduit et Edwy Plénel, ateliers animés par Géraldine Delacroix , Louise Fessart,Chantal Evano, Serge Koulberg et Roger Evano, avec l’aide de nombreuses personnes abonnées ou non.

• CAMédia a été partenaire de la soirée du 3 décembre organisée à Reims autour du film de Jocelyne Lemaire Darnaud, Moi la finance et le développement durable.

• Participation avec banderole aux manifestations sur les retraites à Marseille.

• Organisation de soirées-débats dans des cafés associatifs à Pertuis, Marseille et Salon, à propos de l’affaire Karachi, comme exemple de l’importance pour la démocratie d’une presse indépendante capable d’investigations de qualité.

• Création d’une édition locale sur la région d’Aix-en-Provence avec plusieurs associations (Ligue des droits de l’homme,Attac, les «Repaires » de D. Mermet) et de nombreux militants associatifs.

• Participation à la journée portes ouvertes de Médiapart,le 12 mars 2011.

Ce que nous pensons faire pour continuer :

L’année qui vient, de mars 2011 à mars 2012, s’annonce très riche, par le potentiel de développement des révolutions démocratiques dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, par les interrogations que suscitent dans le monde entier les crises engendrées par un capitalisme au bout de ses contradictions. En France, nous allons vivre une année de campagne électorale dans un contexte d’affrontement à un pouvoir autoritaire. Nous aurons à utiliser la richesse du journal dans ce bouillonnement démocratique, en toute indépendance, dans l’esprit de notre charte.

Nous proposerons des actions visant à vivifier la vie associative et démocratique:

• Conférences.

• Soirées-débats par thèmes en utilisant les vidéos de Médiapart disponibles bientôt sur clé USB.

• Editions locales à proposer à des associations amies dans le but de créer un espace d’expression commun.

• Rencontres de Buoux 27-28 août 2011 : faire de cette «deuxième Rencontre avec Médiapart» un grand rassemblement de réflexion et de convivialité, un tremplin pour des initiatives diversifiées. Un lieu derencontre de lecteurs de toute la France. Un lieu d’expression d’animateurs du Club.

Pour les années suivantes, nous envisageons d'organiser les Rencontres dans d’autres régions, à mesure que nous développerons des antennes locales.

Rejoignez-nous dans l’association afin de faire vivre ce projet, d’étendre les actions diverses et la réflexion collective dans le champ social, culturel et démocratique dans plusieurs régions.

PS : la sculpture présentée a été saisie dans une rue de Goult (Vaucluse) signé M Coucoune

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d'un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Au sixième mois de leur prise du pouvoir, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005