Collectif CEP-Enfance
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2022

Enfance, l'état d'urgence : une réponse politique globale s'impose !

Dressant le constat de manquements dans de nombreux domaines de la politique envers les enfants et plus généralement du défaut de perspective stratégique propre pour mener une politique globale de l'enfance et prioritaire dans l'action gouvernementale, le collectif CEP-Enfance propose, dans le cadre du débat électoral qui s'ouvre, quelques pistes pour y remédier.

Collectif CEP-Enfance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque débute une campagne électorale, il est de coutume d'entendre que les enfants sont la promesse de notre pays. Les études démographiques montrent que les enfants représentent vingt pour cent de la population en France. Cependant aux prémisses de la campagne, quel programme, quel.le candidat.e évoquent, par des mesures précises, une véritable politique globale de l'enfance ?  Il y a déjà 160 ans, Victor Hugo écrivait aux membres du Congrès international pour l'avancement des sciences sociales « L'enfant, je le répète, c'est l'avenir. Ce sillon est généreux ; il donne plus que l'épi pour le grain de blé. Déposez-y une étincelle, il vous rendra une gerbe de lumière ». Les enjeux sont plus que jamais tellement immenses qu'ils devraient situer la politique de l'enfance parmi les toutes premières priorités du prochain quinquennat.

Quelques constats s'il en fallait pour s'en convaincre.

L'INSEE et l'Observatoire des inégalités nous apprennent qu'environ 3 millions d'enfants - c'est-à-dire 1 sur 5 - et leur famille vivent sous le seuil de pauvreté en France, avec tous les impacts préjudiciables sur le plan familial et social. Dans la seule Ile-de-France, Unicef-France et d'autres associations de solidarité rapportent que chaque soir 700 enfants dorment à la rue à Paris, 20 000 vivent à l'hôtel avec leur famille dans une situation de précarité extrême, 5000 enfants sont hébergés à l'hôtel en Seine-Saint-Denis, dont la moitié ont moins de 3 ans.

La France est signataire de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE). Pourtant l'institution du Défenseur des droits a rappelé les gouvernements successifs à leurs obligations, à de nombreuses reprises ces dernières années, lorsque les décisions prises n'en respectaient pas les principes au mépris de l'intérêt supérieur des enfants. Cela concerne le placement d'enfants, parfois de nourrissons, en centres de rétention avec leurs parents, les entorses à la présomption de minorité pour des mineurs étrangers non accompagnés, le refus de rapatrier sans conditions les enfants détenus dans des camps en Syrie ; ou la non-scolarisation d'enfants ne disposant pas de domicile fixe ; ou bien encore la non-prise en compte de la parole des enfants dans les affaires de justice les concernant ; sans parler des délais insoutenables pour accéder à des soins pédopsychiatriques ou dans le champ du handicap ou à une aide appropriée de protection de l’enfance.

Des services publics de plus en plus nombreux font face à une allocation de moyens sous-dimensionnée pour remplir leurs missions à l'égard des enfants. Plusieurs rapports parlementaires ont souligné l'état de déshérence de la santé scolaire, de la pédopsychiatrie, de la protection maternelle et infantile ; la carence touche aussi le champ du handicap et de l'inclusion scolaire, la protection de l'enfance, la justice des mineurs, les modes d'accueil de la petite enfance, l'éducation nationale, et à des degrés variables l'ensemble de la sphère des services publics et du tissu associatif dans le domaine de l'enfance.

Et que dire de l'insuffisance de formation des professionnels pour exercer dans tous les champs de l'enfance, et de l'attractivité en berne des carrières, objets d'une désaffection notable pour les métiers de l'enfance allant jusqu'à la pénurie de professionnels qualifiés ?

Pour couronner le tout, rappelons que les diverses politiques relatives à l'enfance sont principalement exercées par le ministère dédié à chaque secteur concerné, en dépit de l'existence d'un secrétariat d'État intégrant l'enfance dans ses attributions mais qui ne jouit pas d'une position suffisamment influente dans la définition de la politique gouvernementale ; il en résulte une insuffisance voire une absence de coordination de ces politiques en faveur des enfants, et plus généralement un défaut de perspective stratégique propre pour mener une politique globale de l'enfance et prioritaire dans l'action gouvernementale. De surcroît la législation relative à l'enfance est éparpillée dans de nombreux codes (codes civil, action sociale et familles, éducation, santé publique, justice des mineurs, ...).

La société civile en faveur de l'enfance ne se résoudra pas au silence assourdissant du débat électoral sur ces réalités : 61 contributions d'organismes œuvrant dans tous les champs de l'enfance ont été réunies. Leurs analyses alertent sur une enfance en « état d’urgence » et débouchent sur des propositions pour y remédier impérativement ! S’en dégagent nos exigences communes pour la cause des enfants. Il est vital d’en faire un axe prioritaire du débat public pour 2022 et au-delà : création d’un grand ministère chef d'orchestre d’une politique publique universelle pour l’enfance, institution d’un code de l’enfance, plan Marshall pour extirper trois millions d’enfants et leur famille de la pauvreté, respect intégral des droits des enfants, revitalisation des services publics pour l’enfance dotés de moyens humains et financiers conséquents, urgence de la prévention en santé environnementale dès la prime enfance, investissement public dans le champ de la culture et des loisirs, soutien au pouvoir d’agir des enfants...

Traçons ces chemins et bien d'autres sur la place publique du débat électoral pour que le prochain quinquennat ouvre enfin la voie à une politique visionnaire, digne du regard et de la cause des enfants.

Natacha Chartier, Laurent Chazelas, Carla Dugault, Françoise Dumont, Martine Maurice, Fabienne Quiriau, Irène Pequerul, Pierre Suesser, Céline Truong sont membres du collectif Construire Ensemble la Politique de l'Enfance, auteur du livre "Enfance, l'état d'urgence" (éditions érès).

http://cep-enfance.blogspot.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils