COLLECTIF DASEM PSY
Collectif pour la défense du droit des étrangers malades, particulièrement ceux souffrant de graves troubles psychiques
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2022

COLLECTIF DASEM PSY
Collectif pour la défense du droit des étrangers malades, particulièrement ceux souffrant de graves troubles psychiques
Abonné·e de Mediapart

Les damnées de la mer.

Nous proposons aujourd'hui une présentation du livre de Camille Schmoll: "Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée" (La Découverte, 2020), par Georges Federmann. Texte paru dans la revue Pratiques.

COLLECTIF DASEM PSY
Collectif pour la défense du droit des étrangers malades, particulièrement ceux souffrant de graves troubles psychiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Camille Schmoll.
Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée
La Découverte, 2020

Texte paru dans "Pratiques - Cahier de la médecine utopique"

Ce livre est la déclinaison genrée du drame qui se joue sous nos yeux dans « ce laboratoire le plus intensif de transformation de corps humains en plancton »  qu’est devenue « Notre Méditerranée » 1, « Notre Mer » 2.
Nous nous représentons les tentatives de migrations maghrébines et subsahariennes, vers une Europe de plus en plus fortifiée et inaccessible, sous la forme de ces images de corps échoués sur les plages italiennes ou grecques : corps d’enfants ou d’hommes, rarement de femmes, comme si la migration des femmes était invisible et impensable.
Et pourtant, sur ces canots pneumatiques surchargés, où l’essence se mélange à l’eau de mer et attaque la peau, les femmes sont au milieu (parce qu’elles savent moins bien nager) et seront piétinées en cas de panique.
Dépouillées de leurs avoirs avant même d’embarquer : pas de téléphone, pas d’argent, encore heureux si on dispose de vêtements de rechange.
Si on est femme, il aura fallu en plus tenter d’échapper aux violences conjugales, aux mutilations sexuelles, à la prostitution, aux mariages forcés ou encore à
l’esclavage.


Camille Schmoll plaide pour une réflexion féministe à partir de deux fils conducteurs : féminiser le regard et repolitiser la question du genre.
Elle écrit que les femmes représentent 20 % des arrivées maritimes en Europe méridionale, mais suggère que leur mortalité en mer serait plus élevée. Elles seraient plus vulnérables à la traversée maritime (un cadavre sur deux retrouvé en Méditerranée est un corps de femme).
Pourquoi les femmes ont-elles moins de chances que les hommes de survivre à la traversée ? Cela tient-il à leur position dans les bateaux ou aux violences qu’elles peuvent y subir ? À leur moindre capacité à survivre à l’eau, au fait qu’elles ne savent pas nager ? Ou à leur vulnérabilité en amont, au départ, du fait des violences vécues en route ?
L’auteure s’appuie sur Étienne Balibar qui rappelle que « les frontières se démultiplient et se déplacent sans cesse, – chassées – d’un lieu à l’autre par un impératif irréalisable de fermeture, ce qui fait que leur “gouvernance” s’apparente à un état d’exception permanent ».
Elle nous rappelle que l’essentiel de la crise migratoire, les migrations forcées, se localisent essentiellement dans « l’arc des réfugiés » qui couvre une bonne partie
de l’Afrique et de l’Asie, de la République démocratique du Congo jusqu’au Bengladesh.
Les répercussions de l’absence de protection des femmes africaines se traduisent par une augmentation des violences de la route et, ensuite, par une restriction de l’horizon en termes de mobilité sociale et spatiale.
Les femmes qui ont eu des trajets migratoires longs et difficiles sont souvent celles qui avaient déjà subi des violences avant leur départ: il y a un cumul des violences au long de la route migratoire qui, malheureusement, ne cesse
pas à l’arrivée en Europe. On retrouve, si souvent, des violences sexuelles et autres violences physiques, violences morales et symboliques, violences genrées3 et non genrées.
Les migrations sont souvent lestées des aspirations familiales et ce sont généralement les aînées que l’on chargera du fardeau du départ. Les femmes doivent néanmoins transgresser l’immobilité à laquelle elles ont été assignées, traditionnellement. L’auteure est allée au contact de l’intime et de l’intimité de ces « damnées de la mer », à chaque fois qu’elle a pu obtenir la confiance de
ses interlocutrices.


Elle décrit comment la Mer s’est progressivement fermée et comment l’Europe, par ses politiques migratoires, a peu à peu exercé une violence dont la rationalité
continue à nous laisser perplexes, mais dont on peut mesurer les effets tragiques dans nos quotidiens.
Comment échapper à l’essentialisation des jugements ?
Comment l’aliénation de la femme dans les sociétés dites traditionnelles se perpétue-t-elle sur le chemin de croix de l’exil, jusque dans les sociétés d’accueil... comme un invariant fatal ?
Camille Schmoll rapporte les réflexions d’un médecin italien travaillant à « l’accueil » de ces femmes.
Le schématisme de ses représentations illustre la permanence des discriminations liées au genre : « Pour bien comprendre les réactions des femmes africaines face aux violences, il faut savoir de quelle ethnie on
parle, affirme-t-il : les Nigérianes sont intéressées par l’argent et sont capables de tout faire pour en avoir. C’est l’appât du gain qui les empêche de sortir de
l’exploitation ; les Érythréennes, elles savent qu’elles seront abusées en route, mais ce n’est pas trop grave pour elles, car cela fait partie du deal, c’est dans leur
culture, comme un péage à payer. C’est pour cela d’ailleurs qu’elles se font souvent des piqûres de contraceptifs ou qu’elles avortent ; d’autres tombent
enceintes juste avant de partir pour être tranquilles. Là où c’est vraiment plus dur, c’est pour les Soudanaises et les Éthiopiennes, car elles n’étaient pas prêtes à subir ça. Enfin, il ne faut pas exagérer non plus, les violences
sont fréquentes mais pas systématiques. »
Le livre vivant, captivant, rend hommage aux victimes d’une Europe qui exerce une violence absurde dont la logique lui échappe, mais qui aura à en rendre compte.
Camille Schmoll nous aide à retracer la généalogie de cette violence, nous donne des outils pour lutter contre cette tragédie.
Et pendant ce temps d’autres plages de ces mêmes côtes restent balnéaires... pour nous, les Européens. En effet, « la migration n’est qu’une goutte d’eau comparée à la mer du tourisme, qui est le grand phénomène de
mobilité du XXIe siècle ».


Georges Yoram Federmann


1 Erri de Luca, Europe, mes mises à feu, Tracts Gallimard, no 2, p 10.
2 « Notre Mer », mon poème publié par Pratiques, no 91, octobre 2020
3 Mariage arrangé avant la majorité, parfois avec un conjoint plus âgé, la polygamie (plutôt la polygynie), les risques de mutilations génitales, la violence conjugale ou celle qui découle d’un choix de sexualité non conforme aux normes (69)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
« L’esprit critique » théâtre : silences, histoires et contes
Notre podcast culturel discute de « Depois do silêncio » de Christiane Jatahy, d’« Une autre histoire du théâtre » de Fanny de Chaillé et de « Portrait désir » de Dieudonné Niangouna.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme