1 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2020

«S’entraider ou capitaliser, quel contrat social?»

La crise sanitaire agit comme un révélateur des dysfonctionnements d’un modèle social et économique. Elle nous montre que la France a réussi l’exploit d’une casse sociale sans précédent du monde hospitalier. Toute société est à la fois interdépendance, entraide et solidarité : C’est ce qu’il ne faudra pas oublier après cette épreuve du confinement qui doit être le moment non pas d’une pause, mais d’un réveil nécessaire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« S’entraider ou capitaliser, quel contrat social ? », « L’Etat compte les sous, on comptera les morts » écrit sur une grande banderole tenue par des hospitaliers en grève depuis des mois. Autant les manifestations de décembre dernier semblent loin à l’heure du confinement, autant ces slogans apparaissent aujourd’hui avec une pertinence malheureuse. Au moment des manifestations contre les retraites, le pays était bloqué, les médias parlaient majoritairement d’une prise d’otages, le gouvernement fermait les yeux en attendant avec le plus grand mépris que la contestation s’essouffle. On se souvient aussi d’une stratégie d’intimidation inacceptable et d’une violence policière disproportionnée et systématique, de ces images d’aides-soignants à terre, gazés, parfois battus, c’était déjà intolérable à l’époque.

Nous étions à leurs côtés. Nous, jeunes chercheur.e.s en sciences humaines, sommes confiné.es mais aussi en colère, parce que nous n’oublions pas cette mobilisation. La suspension des réformes en cours, l’appel à l’union nationale ainsi que la continuité pédagogique à laquelle nous sommes invité.e.s, ne nous empêcheront pas de continuer cette mobilisation coûte que coûte. Celle-ci concernait à l’université la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui allait exactement dans le même sens que les réformes précédentes : vers une précarisation de nos statuts, une dévalorisation de l’enseignement comme service public, de mauvaises conditions d’études pour les étudiant.es. 

En tant que doctorant.e.s nous assurons des cours à l’université tout en rédigeant une thèse, en participant directement à la vie de la recherche. Aussi, dans une crise comme celle que nous traversons, c’est aux scientifiques que l’on fait appel. Bruno Canard, chercheur sur les coronavirus, nous rappelait dernièrement que le temps de la science n’est pas celui de la rentabilité et du court terme car « cette recherche est incertaine, les résultats non planifiables, et elle prend beaucoup de temps, d’énergie, de patience […] La science ne marche pas dans l’urgence et la réponse immédiate »[1]. Nos systèmes étaient déjà en crise. Ce que les réponses urgentes du gouvernement ignorent c’est que ce sont les causes et non les effets qui sont à déplorer. 

Cette crise agit comme un révélateur des dysfonctionnements d’un modèle social et économique dont il nous faut aujourd’hui interroger les présupposés. Chaque branche du service public, lorsqu’elle n’est pas simplement privatisée, est touchée par cette logique de la rentabilité et des bénéfices marchands. On sait à quelles conséquences ont conduit ces politiques pour l’hôpital.

Avant la crise sanitaire, nos universités étaient ralenties depuis des semaines. Le projet de réforme porté par Mme la Ministre Frédérique Vidal allait encore aggraver nos conditions de travail et celles de nos étudiants. Le nombre de postes permanents baisse d’année en année, les Universités reposent de plus en plus sur des chargé.e.s de cours payé.e .s à la tâche, sous le SMIC[2]  et sans aucune protection sociale, obligé.e.s parfois de travailler de manière illégale car sans contrat de travail pendant des mois[3], la majorité des thèses en SHS étant non-financées. Le remplacement prévu par la LPPR des postes pérennes en début de carrière par des contrats sur des projets brefs renforcera, par exemple, cette prolifération de contrats précaires et de statuts bancals. Comment garantir la poursuite de nos recherches et d’un enseignement de qualité dans cette déliquescence généralisée ? Jusqu'où sommes-nous contraints d’aller dans cette catastrophe pour finir par voir que ce modèle imposé par les gouvernements depuis des décennies est extrêmement nocif ?

Les sciences humaines et sociales, tout particulièrement, se trouvent dans un état de sous-financement chronique. Cette précarité est directement accrue par une mise en compétition généralisée relevant d’un “darwinisme social” dont se targuent les proches du MESRI, en dépit de son absurdité pour la recherche[4]. La mise en place d'un système fondé sur la compétition a par ailleurs des effets pervers notables : celui des inégalités accrues mais aussi de l’atomisation des individus livrés à des conditions de vie incertaines qui rendent difficile le fait même de se mobiliser pour défendre ses conditions de travail.

La crise sanitaire nous montre que la France, septième puissance économique mondiale, a réussi l’exploit d’une casse sociale sans précédent du monde hospitalier. Surtout, elle montre que malgré ce que l’on nous répète à l’envi, on peut trouver et débloquer des milliards d’euros. Les arguments comptables en faveur des réductions budgétaires dramatiques dans les secteurs publics sont un danger pour notre société : ils détruisent la possibilité d’enseigner, de faire de la recherche indépendante ou de soigner.

Se poser les bonnes questions, c’est ce qu’on apprend à nos étudiant.es en philosophie, et il ne semble pas incongru de réclamer de bonnes conditions de travail pour le faire. D’autant plus lorsqu’on voit les théories et les rumeurs les plus fantaisistes se propager de manière alarmante en période de crise. Celle-ci nous rappelle l’importance de la science, qui est faite de financement réel, de chercheur.e.s tout aussi réel.e.s et de conditions pratiques de travail. Les sciences humaines font aussi partie de la recherche et de la vitalité scientifique d’un pays démocratique. Elles nous disent que l’humain crée aussi le monde social dans lequel il vit, que l’économie n’est pas une science exacte, qu’il y a des alternatives pour réformer.

Est-il possible même de choisir entre l’entraide et la capitalisation ? La crise sanitaire souligne avec violence que l’entraide n’est pas facultative et qu’elle s’incarne par l’Etat à travers des services publics solides financés par un système de redistribution des richesses. Toute société est à la fois interdépendance, entraide et solidarité : c’est ce qui nous a fait manifester massivement contre des réformes néo-libérales qui s’avèrent aujourd’hui irresponsables et criminelles. C’est ce qu’il ne faudra pas oublier après cette épreuve du confinement qui doit être le moment non pas d’une pause, mais d’un réveil nécessaire.

Par un collectif de doctorant.e.s en Philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne :

Marie Bastin
Léa Boman
Baptiste Cornardeau
Cyprien Coste
Gauthier Fontaine
Maririta Guerbo
Solange Haas
Nicolas Lema Habash
Pedro Lippmann
Ludmilla Lorrain
Anca Mihalache
Juliette Monvoisin
Adam Pasek
Raphaël Pierrès
Perceval Pillon
Mickaelle Provost
Florian Rada
Anne Waeles

[1] http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article8685

[2] https://www.liberation.fr/checknews/2020/02/23/les-vacataires-de-l-universite-sont-ils-vraiment-payes-en-dessous-du-smic-horaire_1778253

[3] https://audioblog.arteradio.com/blog/142440/podcast/142441/ca-y-est-mon-universite-a-craque

[4] https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/06/le-darwinisme-social-applique-a-la-recherche-est-une-absurdite_6021868_3232.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale